RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

L’assemblée citoyenne Agora débat sur l’emploi : une initiative pour reconnecter au politique

12 déc. 2021 à 10:43Temps de lecture2 min
Par Marie-Laure Mathot avec Véronique Fievet et Thomas Dechamp

Les Belges se détournent de la politique. La participation citoyenne permettrait-elle de changer la donne ? Dans la Région de Bruxelles-Capitale, le mouvement Agora en est convaincu. Son député, élu lors des dernières élections, tente de relayer les préoccupations qui ressortent des assemblées de citoyens au sein du parlement régional.

L’assemblée qui s’est réunie ce samedi 11 décembre 2021 avait pour objet l’emploi.
L’assemblée qui s’est réunie ce samedi 11 décembre 2021 avait pour objet l’emploi. RTBF

Pour cela, les citoyens tirés au sort se rassemblent sur des thèmes précis. Le thème de la dernière assemblée réunie ce samedi 11 décembre : l’emploi. On y retrouve 44 citoyens bruxellois. Ils sont volontaires et tirés au sort pour représenter toute la variété de la population de la Région et de ses quartiers. Chantal en fait partie. Cette Schaerbeekoise est encore surprise d’avoir été choisie.

Chantal, Schaerbeekoise tirée au sort, a tout de suite été volontaire pour faire partie de cette assemblée citoyenne.

"D’abord, on reçoit une lettre pour dire qu’on a été sélectionné parmi tous les Bruxellois pour faire partie de cette assemblée. J’ai tout de suite téléphoné pour dire que j’étais très intéressée. En tant qu’artiste (je suis clown en maison de retraite), je suis au chômage actuellement. Je trouvais donc intéressant de participer à ce chapitre consacré à l’emploi."

Chantal, comme Chiara, s’est donc retrouvée dans une assemblée pour discuter de l’accès à l’emploi et à travers leurs expériences, réfléchir à des solutions. "Et surtout gérer plusieurs opinions, les mettre ensemble, commence Chiara. Permettre aux gens de s’exprimer en respectant tout le monde." "On se sent soutenus et écoutés", continue Chantal.

Pepijn Kennis siège au Parlement bruxellois. Il y représente l'assemblée citoyenne.

Réduire la discrimination à l’embauche, valoriser l’expérience plutôt que le diplôme, autant de propositions que Pepijn Kennis, député du mouvement Agora qui organise cette assemblée, promet de relayer au parlement bruxellois. Il y siège en faisant abnégation de ses positions personnelles et en portant les lignes directrices décidées en assemblée.

"On leur a dit très clairement depuis le début : c’est un député qui va porter vos décisions au parlement, explique Pepijn Kennis. Un sur 89. Ça permet de rapprocher la politique des citoyens. C’est ça qui est important."

Promesses tenues

Les propositions se concrétiseront… ou pas puisque cela dépend de la décision finale du parlement. Mais dans tous les cas, l’initiative aura permis à 44 citoyens de réfléchir ensemble et d’avoir été écoutés. C’est ce qu’a étudié Nino Junius, il est chercheur à la VUB et il étudie de genre de mouvement. Dans ces assemblées citoyennes, on retrouve "surtout des gens qui n’aiment pas le politique, explique le chercheur. Qui ne veulent pas participer (aux processus traditionnels) mais qui participent à ce genre de choses parce qu’ils ont finalement l’impression que là, quelqu’un veut bien les entendre."

Loading...

 

Pour lui, ce genre d’initiative peut reconnecter les gens à la politique. Ne risquent-ils pas d’être déçus de voir sur quoi débouche leur proposition ? Car avec 1 député sur 89 au parlement, Agora ne pèse pas bien lourd sur les prises de décision.

Mais pour le chercheur, là n’est pas le principal argument. "Cela dépend de l’intégrité des organisateurs", répond Nino Junius. "Par exemple, pas mal de citoyens sont déçus de l’assemblée sur le climat constituée par Macron en France. Donc oui, c’est possible d’être déçu tout comme c’est possible d’être déçu de la démocratie représentative et des politiciens en général. Il y a des défauts."

Des attentes qui dépendent des promesses de départ. Dans le cas d’Agora, "la promesse était tout simplement que Pepijn, le député bruxellois qui représente, seul, l’assemblée va voter en faveur des choses que l’assemblée propose. Et après avoir vérifié, je n’ai pas trouvé de vote où Pepijn n’a pas respecté le choix de cette assemblée. C’est donc positif puisque les promesses sont tenues."

Sur le même sujet

Agora. brussels, l’assemblée tirée au sort dans la capitale présente sa proposition consacrée à l’emploi

Regions Bruxelles

Articles recommandés pour vous