Monde

L’Association des journalistes de Biélorussie lauréate du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2022

La liberté d’expression malmenée. Ici, une manifestation en soutien au journaliste de la minorité polonaise de Biélorussie, Andrzej Poczobut, condamné à plusieurs reprises.
27 avr. 2022 à 10:19Temps de lecture2 min
Par Africa Gordillo

L’Association des journalistes de Biélorussie (AJB) a été nommée lauréate du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2022, sur recommandation du jury international de professionnels des médias. La cérémonie de remise du prix aura lieu le 2 mai à Punta Del Este, en Uruguay, à l’occasion de la conférence mondiale de la Journée mondiale de la liberté de la presse et sera diffusée en ligne.

Le journalisme indépendant en Biélorussie

L‘Association des journalistes du Biélorussie a été créée en 1995 en tant qu’association non gouvernementale de travailleurs des médias, avec l’objectif de promouvoir la liberté d’expression et le journalisme indépendant en Biélorussie. Elle rassemble plus de 1300 journalistes associés, et est membre de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) et de la Fédération Européenne des Journalistes (FEJ).

En août 2021, à la suite de la perquisition par la police de ses bureaux en Biélorussie, la Cour suprême biélorusse avait ordonné la dissolution de cette organisation, à la demande du ministère de la Justice.

Loading...

"En décernant ce Prix à l’AJB, nous nous tenons aux côtés de tous les journalistes du monde qui critiquent, s’opposent et dénoncent les politiciens et les régimes autoritaires en communiquant des informations exactes et en favorisant la liberté d’expression. Aujourd’hui, nous les saluons et les félicitons. Nous trouvons le moyen de leur dire : nous sommes avec vous et nous admirons votre courage", a déclaré Alfred Lela, Président du jury international du Prix, et fondateur et directeur d’une organisation de presse albanaise.

L’exemple de Guillermo Cano Isaza

Ce Prix, dont le montant s‘élève à 25.000 dollars, récompense les contributions exceptionnelles à la défense ou à la promotion de la liberté de la presse, en particulier face au danger. Il tient son nom de Guillermo Cano Isaza, journaliste colombien assassiné le 17 décembre 1986 à Bogota, en Colombie, devant les bureaux de son journal El Espectador.

Le prix est financé par la Fondation Guillermo Cano Isaza (Colombie), la Fondation Helsingin Sanomat (Finlande), le Namibia Media Trust, la Fondation Démocratie & Médias Stichting Democratie & Media (Pays-Bas) et la Fondation Thomson Reuters.

Journalisme numérique

La conférence mondiale de la Journée mondiale de la liberté de la presse 2022 se tiendra du 2 au 5 mai dans un format hybride à Punta Del Este, en Uruguay. Placée sous le thème du numérique, elle examinera l’impact de l’ère numérique sur la liberté d’expression, la sécurité des journalistes, l’accès à l’information et la vie privée.

Loading...

Au cours de plus de 50 sessions réunissant des dizaines d’intervenants, la Journée mondiale de la liberté de la presse 2022 réunira des acteurs concernés tels que des décideurs politiques, des journalistes, des représentants des médias, des militants, des responsables de la cybersécurité et des experts juridiques.

Ils exploreront ces questions et élaboreront des solutions concrètes pour faire face aux menaces qui pèsent sur la liberté de la presse et la vie privée à l’ère numérique.

Sur le même sujet

En Ethiopie, au moins 12 journalistes ont été arrêtés en une semaine

Monde Afrique

L’Association biélorusse des journalistes primée à Bruxelles: "Nous devons préserver le journalisme indépendant"

Monde Europe

Articles recommandés pour vous