Monde Moyen-Orient

L’attentat qui a coûté la vie à 171 personnes à l’aéroport de Kaboul était le fait d’un seul assaillant

Un combattant taliban monte la garde sur le site des deux attentats suicides du 26 août, qui ont fait de nombreuses victimes, dont 13 soldats américains, à l’aéroport de Kaboul, le 27 août 2021.
04 févr. 2022 à 20:47Temps de lecture1 min
Par Belga

L’attentat suicide d’août 2021 qui a tué 173 personnes dont 13 militaires américains à l’aéroport de Kaboul pendant le retrait chaotique d’Afghanistan par les Etats-Unis, était le fait d’un seul assaillant, a conclu une enquête du Pentagone publiée vendredi.

L’enquête a écarté l’idée de la participation de plus d’une personne ou de quiconque utilisant des armes à feu pour cet attentat du 26 août revendiqué par le groupe Etat islamique.

173 personnes tuées

Au moins 160 civils afghans et 13 militaires américains ont été tués dans l’explosion survenue durant les derniers jours du retrait des troupes américaines d’Afghanistan, après deux décennies de conflit dans le pays, a également affirmé l’enquête du Pentagone.

La puissante bombe a détoné dans une foule dense massée à l’extérieur de l’aéroport dans l’attente ou l’espoir d’embarquer à bord d’un avion qui quitterait le pays, tandis que les talibans avaient déjà pris le contrôle de Kaboul.

Il n’y a eu aucune blessure par balle

Bien que des coups de feu aient été entendus après l’explosion, les autorités américaines ont affirmé qu’ils furent des "tirs de sommation", et qu’aucune des victimes recensées n’avait été tuée par ces tirs.

"Il n’y a eu aucune blessure par balle" parmi les victimes, a déclaré le général de brigade américain Lance Curtis, qui a présenté les résultats de l’enquête vendredi.

Selon le haut gradé, les décès ont été le résultat de shrapnels émanant de la bombe, dont certains éléments pouvaient provoquer des plaies similaires à des blessures par balle.

Ajoutant à la confusion, le shrapnel provenant de la bombe a percé les bonbonnes de gaz lacrymogènes portées par les soldats américains pour contrôler la foule. La bombe a également fait 45 blessés chez les soldats américains, certains avec des dommages cérébraux en raison de la force de l’explosion.

Dans la seule vidéo des enquêteurs sur l’attentat, on peut voir le kamikaze vêtu de noir. Il a été identifié par la suite par l’EI comme étant Abdul Rahman Al-Logari, libéré d’une prison afghane par les talibans après leur prise de Kaboul le 15 août.

Sur le même sujet

Charlotte Bellis, journaliste néo-zélandaise, ne sera pas contrainte d’accoucher en Afghanistan

Les Grenades

Afghanistan : des universités publiques rouvrent, avec des classes non mixtes

Monde Asie

Articles recommandés pour vous