Les Grenades

Laura Nsafou : "Mes livres jeunesse sont des réponses pour les enfants et les parents"

L’autrice française Laura Nsafou présentant son livre "Comme un million de papillons noirs" le 10 novembre 2018 à la librairie Les Mots passants.

© Wikicommons/Chris93 – CC BY-SA 4.0

09 oct. 2022 à 10:16Temps de lecture7 min
Par Mélissa Diantete*, une chronique pour Les Grenades

Citée dans le Vogue France en février 2022 comme l’une des cinq écrivaines françaises les plus prometteuses du moment, Laura Nsafou a marqué la rentrée littéraire avec la sortie du tome 2 de son livre Nos jours brûlés, un roman ado publié aux Editions Albin Michel.

Autrice, conférencière, blogueuse et figure française de l’afroféminisme, Laura Nsafou a déjà connu le succès avec ses romans jeunesse Comme un million de papillons noirs et Le chemin de Jada.

À travers ses récits et son travail, Laura Nsafou lutte pour une meilleure représentation de la littérature francophone noire et aborde des questions telles que le genre, le manque de visibilité des personnes dites minorisées, le racisme, le colorisme, les transmissions transgénérationnelles ou encore l’écologie.

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

Son livre Comme un million de papillons noirs a été un véritable succès en 2018. Pourtant, à la sortie de ce premier livre, elle ne savait pas encore qu’elle allait faire de l’écriture son métier. Inspirée par des autrices comme Toni Morrison, Angela Davis, Simone Schwartz-Bart, Maya Angelou, Mariama Bâ ou encore Léonora Miano, Laura Nsafou s’est progressivement fait sa place en tant qu’autrice à suivre.

Les Grenades ont rencontré Laura Nsafou, étoile montante de la littérature francophone.

L’importance de la représentation

Comme un million de papillons noirs est l’histoire d’une petite fille, Adé, qui développe un désamour de ses cheveux à la suite de moqueries d’autres enfants. Sa mère va alors lui faire comprendre la beauté de ses cheveux. Pour cela, elle utilise la métaphore du papillon en lui montrant que ses cheveux sont beaux comme des papillons noirs. Entourée de sa maman, de ses tantes et sa grand-mère, Adé va progressivement apprendre à aimer ses cheveux et se trouver belle.

Le titre de l’ouvrage est emprunté à une formule de Toni Morrison dans son roman God help the child : "Her clothes were white, her hair like a million black butterflies asleep on her head" ("Ses vêtements étaient blancs, ses cheveux comme un million de papillons noirs endormis sur sa tête").

À travers ce court récit, Laura a souhaité aider les petites filles (et les femmes également) à se trouver belles avec leurs cheveux afros. Ce sujet est rarement abordé dans la littérature jeunesse et traité avec beaucoup de douceur et de poésie. Ce livre, c’est en quelque sorte celui qu’elle aurait aimé avoir quand elle était petite. Comme son personnage, Laura a été moquée pour ses cheveux quand elle était petite. Pour elle, il était donc "important de réinstaurer le fait qu’il y a de la beauté dans ce genre de coiffure parce que ce sont nos cheveux naturels", explique-t-elle.

Dès son plus jeune âge, Laura développe sa soif de l’imaginaire. Le fait de ne pas avoir de princesse ou de personnage auquel s’identifier étant petite provoque chez elle l’envie de construire ses propres histoires. "En tant qu’enfant ayant grandi dans les années 90, un des rares personnages noirs auquel je pouvais éventuellement m’identifier dans la littérature française était Remi dans Tom Tom et Nana", raconte-t-elle. Face à ce manque de représentation elle a voulu créer des héros et héroïnes qui lui ressemblaient et qui se rapprochaient de sa réalité.

Écrire. Pour qu’il ne soit plus possible de dire encore une fois : je ne savais pas

Dans la littérature francophone, la majorité des héros et héroïnes sont blancs. Lorsque des personnes noires sont représentées, elles le sont souvent sous le prisme du regard blanc, avec tous les biais cognitifs que cela peut engendrer. Les personnages que Laura invente, évoluent dans un quotidien européen et sont loin des clichés qu’on peut régulièrement voir lorsque des personnes dites minorisées sont représentées dans les productions culturelles (livres, cinéma, théâtre…). Les personnages de Laura sont construits sur la valorisation des différences et non sur des logiques de racisme ordinaire. Les enjeux de la diversité sont importants explique Laura. "Sans figures positives auxquelles s’attacher, l’enfant peut se sentir abandonné ou douter de sa propre personne (se sentir laid ou laide comme le personnage d’Adé par exemple). Mes livres jeunesse sont donc des réponses pour les enfants à la recherche de personnages auxquels s’identifier mais également des réponses pour les parents afrodescendants qui peinent à trouver des livres pour leurs enfants".

 

Dans son roman graphique Amours Croisées, sorti au printemps 2022, un soin particulier a été apporté dans la représentation des nuances de carnations, des différentes origines, de la multiplicité des coiffures,…

"Étant moi-même issue d’un métissage caribéen et africain, je mets un point d’honneur à montrer cette diversité. Mon souhait est de présenter la complexité des différentes origines de la diaspora africaine en France", souligne-t-elle.

© Tous droits réservés

Autrice, blogueuse et afrofeministe

Si aujourd’hui Laura Nsafou est connue pour ses œuvres littéraires, elle s’est d’abord fait connaître à travers son blog, mrsroots.fr, lancé en 2012. Sur ce blog, elle s’intéresse aux questions de représentations sociales, historiques et culturelles des femmes noires. "Écrire. Pour qu’il ne soit plus possible de dire encore une fois : je ne savais pas", voilà ce qui anime Laura Nsafou.

Sans figures positives auxquelles s’attacher, l’enfant peut se sentir abandonné ou douter de sa propre personne

Dans un féminisme majoritairement blanc, elle a souvent eu l’impression de n’avoir sa place nulle part et se sentait parfois peu concernée par les revendications de ces mouvements. Ses recherches la conduisent progressivement vers l’afroféminisme français, qui laissait de la place à son vécu de femme noire en France. Elle se considère comme afroféministe depuis plusieurs années. "C’est le cœur de mes engagements, que ce soit à travers les travaux que je publie, les livres que j’écris ou les contenus que je partage en ligne".

Sujet largement traité sur son blog, l’afroféminisme est un des fils conducteurs de son écriture. Elle explique notamment que "lafroféminisme existe depuis que les femmes noires luttent pour leur dignité face à un système raciste, sexiste et capitaliste niant leur humanité et maintenant les oppressions dont elles sont victimes". Son blog lui permet de prendre la parole sur les discriminations et les violences faites aux femmes noires dans un contexte français.

La diversité dans le monde de l’édition

Pendant longtemps, le web a été son terrain de jeu pour laisser parler son imagination. Si bien que Laura Nsafou se présentait souvent comme une "bloggeuse qui écrit des livres".

"Il y a un manque de diversité dans le monde de l’édition. Ce manque de diversité dans ceux qui écrivent, publient, illustrent ou créent la littérature a eu un impact sur des décennies de littérature", explique Laura Nsafou. Son souhait pour l’avenir est que son succès ne soit plus une exception. Aujourd’hui, trouver des auteurs et autrices minorisés reste encore compliqué dans l’offre littéraire francophone grand public. "C’est un travail de faire comprendre au monde de l’édition qu’il y a d’autres talents".

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

Assurer la diversité des auteurs et autrices dans le monde de l’édition est primordial car les histoires et les approches narratives ont un impact fort sur les mécanismes de domination culturelle, sociale, raciale, économique et politique. Ce point de vue fait écho avec le discours de Chimamanda Ngozie Adichie sur le danger de l’histoire unique.

Dans ce discours, l’autrice évoque l’importance d’avoir des histoires racontées par différentes personnes, sous différents points de vue et différents endroits. "Une histoire unique engendre des stéréotypes et le problème avec les stéréotypes, ce n’est pas qu’ils sont inexacts, c’est qu’ils sont incomplets. Ils font qu’une histoire devient la seule histoire, l’histoire tout court".

Il y a une nécessité à mettre en place des stratégies concrètes pour ne pas être une exception dans le monde littéraire francophone. Sur ce sujet, l’association Diversité and Kids fait la promotion de la diversité dans la littérature jeunesse, cinéma, télé, jeux/jouets.

Loading...

Nos jours brûlés, un récit post apocalyptique

Écrit pendant le premier confinement, Nos jours brûlés retrace le parcours d’Elikia qui part à la recherche du Soleil qui a disparu et plonge la planète dans le noir absolu. D’abord diffusé sous forme de fiction sur Tumblr, cette histoire a été nourrie par le contexte de paralysie générale vécu en 2020. "Le fait d’être dans un contexte dans lequel nous perdions tous nos repères m’a énormément inspirée", explique l’autrice.

Nos jours brûlés, c’est aussi et surtout un long travail de recherches sur les mythologies africaines. Laura a souhaité mettre à l’honneur les mythes et croyances d’Afrique francophone, des Antilles ou encore des Caraïbes dans un univers à la fois stupéfiant et effrayant. Cette société plongée dans l’obscurité stimule nos imaginaires et nous permet de découvrir le continent africain différemment. Avec ce roman afrofuturiste, elle investit un genre où on ne l’attendait pas (la fiction) ce qui permet à l’autrice d’avoir une nouvelle porte d’entrée avec le lectorat francophone.

Par ses multiples talents et casquettes, Laura Nsafou nous ouvre à différents genres littéraires et offre un travail qui marquera très certainement toute une génération de lecteurs et de lectrices. À seulement 30 ans, Laura est sans conteste une autrice à découvrir pour les messages qu’elle délivre et sa capacité à aborder des thématiques complexes sous un angle novateur.

Nos jours brûlés Tome 2 Les Flammes ivoire de Laura Nsafou, Editions Albin Michel, 416 pages, 2022.

*Mélissa Diantete anime un compte Instagram qui promeut la diversité et la valorisation des femmes (@nzobadila). Vous pouvez y trouver ses partages lectures mettant en avant les autrices mais aussi les ouvrages portant sur les questions de représentation des personnes noires dans les sociétés occidentales.

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous