Actu médias

Laurence Ferrari nouvelle rédactrice en chef de "Paris Match", une décision qui passe mal

Laurence Ferrari débarque à Paris Match en qualité de rédactrice en chef

© Getty

10 sept. 2022 à 15:05 - mise à jour 10 sept. 2022 à 18:16Temps de lecture3 min
Par AFP, édité par Sandro Faes Parisi

Départ brutal de Bruno Jeudy sur fond de désaccord, arrivée probable de Laurence Ferrari, article non publié... Les polémiques s'enchaînent à Paris Match, attisant les craintes d'un avenir semblable à celui d'Europe 1, sous l'influence de Vincent Bolloré, premier actionnaire de Lagardère.

"On a toujours cru qu'on passerait au travers de Bolloré, qu'il n'allait pas abîmer Match", déplore auprès de l'AFP une plume du magazine souhaitant rester anonyme.

Mais depuis quelque temps, la mainmise du milliardaire breton, qui a progressivement pris le contrôle de Lagardère via Vivendi (Canal+, CNews), ne fait plus de doute, selon elle.

En témoigne l'arrivée de Laurence Ferrari dévoilée par Stratégies et Les jours, confirmée à l'AFP par une source interne.

L'ex-star du JT de TF1, présentatrice de "Punchline" sur CNews et Europe 1, doit remplacer Bruno Jeudy. Le rédacteur en chef actualités, politique et économie, a été débarqué en août, officiellement d'un commun accord, officieusement en raison de ses "critiques" répétées contre "l'ingérence" de la direction de Lagardère dans les choix éditoriaux.

Egalement chroniqueur à BFMTV, Bruno Jeudy avait dénoncé l'absence de Une consacrée à Emmanuel Macron au lendemain de sa réélection et la couverture dédiée au cardinal ultra-conservateur Robert Sarah.

Vivendi "n'intervient en aucun cas dans la gestion stratégique, financière et encore moins éditoriale du groupe", a répondu la présidente de Lagardère News, Constance Benqué, dans un message à la société des journalistes de Paris Match.

Elle y "renouvelle" sa confiance au tandem à la tête du journal - Patrick Mahé et Caroline Mangez, qui n'ont pas répondu à l'AFP - depuis l'éviction en octobre 2021 du directeur de Paris Match et du JDD, Hervé Gattegno.

"Quelles qu'en soient les raisons", le départ de Bruno Jeudy, "grosse force de travail" dans une rédaction "relativement à l'os", a "été un vrai coup de massue", explique une journaliste.

Et si Laurence Ferrari "a l'air aimable", elle est "la courroie de transmission de Vincent Bolloré", estime la première source interrogée.

Des têtes tombent

Autre motif d'inquiétude, la non-parution cet été d'un article sur l'ex-candidate de LR à la présidentielle Valérie Pécresse, qui se livrait pour la première fois sur sa défaite, mais a été retiré le soir du bouclage.

En cause, soupçonnent certains, un passage sur Nicolas Sarkozy, qui n'a pas soutenu la candidate et est entré fin juin 2021 au conseil d'administration de Lagardère.

Au Journal du Dimanche aussi, un scoop est resté dans les tiroirs: le refus du président du Sénat, Gérard Larcher, de participer au conseil national de la refondation d'Emmanuel Macron, finalement révélé par Le Figaro. Et le climat reste compliqué, quelques mois après le départ inexpliqué d'un autre haut responsable du journal, Cyril Petit.

Même à Europe 1, vidé de sa rédaction historique, des têtes continuent de tomber: le matinalier du week-end Thierry Dagiral a quitté la station à la rentrée, officiellement "d'un commun accord". Officieusement pour avoir questionné la pertinence d'une co-diffusion de sa matinale avec CNews, selon les Jours.

"Soit tu l'ouvres et tu te casses, soit tu la fermes et ça se passe très bien", résume à l'AFP une ancienne voix de la station.

A Paris Match, "on ne va pas se laisser faire", promet la première source interrogée, une assemblée générale étant prévue mardi après une conférence de rédaction avec la direction.

"Même si on sait que quand ça commence, c'est inéluctable, c'est foutu", ajoute la même source, rappelant les vagues de départs à i-télé ou au service des sports de Canal+.

"Ils sont en train de mettre en place tous les conditions pour qu'on se jette sur la clause de cession" qui permet aux journalistes de quitter un titre avec des indemnités, une fois que l'OPA de Vivendi sur Lagardère sera validée par la Commission européenne. "Bolloré gagne quand on est tous partis".

Articles recommandés pour vous