Laurence Vielle

Laurence Vielle lit "Les oiseaux" de William Cliff

04 févr. 2022 à 13:57Temps de lecture1 min
Par Laurence Vielle

Laurence Vielle interprète les mots du poète belge William Cliff, Prix Goncourt de la poésie en 2015, en lisant Les oiseaux dans Immortel et périssable, publié aux éditions Espace Nord en 2019.

WILLIAM CLIFF 

Les oiseaux  / dans Immortel et périssable  

à Bruxelles en hiver quand il pleut et qu’on doit

renverser la tête pour voir au loin le ciel

entre les tours rouler ses charges de grisailles

soudain très très haut des bandes de grands oiseaux

à longs battements d’ailes traversent le ciel

et s’en vont vers Anvers sans jamais dévier

de leur route cependant dans la rue les gens

se pressent d’un magasin à l’autre ignorant

ces oiseaux au fond des nuages s’en aller

 

(les gens ont peur d’attraper de la pluie

sur leur figure c’est pourquoi jamais

ils ne la tournent vers le ciel et courent

avec empressement le nez au sol

d’un magasin à l’autre et ne voient pas

les grands oiseaux travers les nuages)

 

mais moi qui suis si différent de tous ces gens

je vous ai vus majestueux oiseaux passer

dans le ciel du Brabant plein de pluie et de vent

alors mon âme rasée par ses honteuses querelles

un moment est partie au tir de vos puissantes ailes

et a cru s’échapper du vieux langage qui l’encage

 

hélas les tours ont dérobé à mon oeil votre course

j’ai dû avec les autres retourner et cheminer

à l’abri de la pluie dans les boutiques surchauffées

où nous tournons en rond pendant qu’au loin vos ailes

                                           vont

 

Le mot de Laurence Vielle

WILLIAM CLIFF  - Prix Goncourt de la poésie en 2015 - est un poète belge, plus que jamais vivant; il écrit il publie il plante des arbres du côté de Gembloux où il vit.

"C’est une langue à la fois précieuse et populaire que celle de W. Cliff. On y rencontre des termes rares. Mais cette préciosité fraie avec toute la trivialité du quotidien, avec tout ce qui fait une vie ordinaire ."Frédéric Dieu

 

William Cliff - de son vrai nom André Imberechts - est né à Gembloux, le 27 décembre 1940. Repéré par Raymond Queneau, il publie ses premiers poèmes chez Gallimard. Sa trajectoire poétique se poursuit principalement chez cet éditeur. A côté d’une production romanesque, William Cliff s’est également consacré à la traduction (dont Sonnets de Shakespeare, Editions du Hazard. 2010).

Sur le même sujet

"Lyrikline", la plateforme internationale qui veut sauver la poésie

Littérature

Articles recommandés pour vous