Dans l'air du temps

Le Big Birthday Bazar : c’est une belle histoire

© Tous droits réservés

Réal Siellez vous emmène sur les routes de France des années 70 pour retrouver Michel Fugain et le Big Bazar.

Avec ce confinement, nous avons loupé un anniversaire, celui de Michel Fugain. On le fête tout de même avec l’élément qui lui a toujours paru indispensable pour être crédible sur scène : Une belle histoire

Chanson témoin d’une nouvelle époque, celle où on assumera les histoires d’un soir, les baisers fiévreux en public et les chemisettes fleuries de très mauvais goût.

Nous sommes en 1972, Michel Fugain à tout juste 30 ans et il écrit une musique pour une rencontre d’un homme et une femme, de part et d’autre d’une route hippie en Californie et il se tourne vers Pierre Delanoë, qui lui avait déjà écrit de quoi marquer les mémoires, la chanson Je n’aurais pas le temps.

Loading...

Mais Delanoë n’est pas un dingue d’Amérique. Si Fugain est à gauche, Pierre Delanoë est à droite, plus français qu’américain et c’est lui qui le ramènera dans l’hexagone avec son texte.

Elle descendait dans le midi, le midi… sur l’autoroute des vacances.

Au départ Fugain n’est pas convaincu par le côté "Les Français de France". Sa génération ayant plus hérité de la vague hippie des US… Mais c’est à sa troupe, qu’il nomme Le big bazar, qu’il fait entonner ce qui sera leur premier tube, et de toute façon, la place d’Une belle histoire est en face B… En face A, ce sera "Allez bouge-toi"

Le big bazar est un joyeux collectif mené de main de maître qui inspirera l’envie à quelques interprètes majeurs des dix années suivantes de monter sur scène pour le spectacle et l’exigence.

Pour l’anecdote, lorsqu’elle était en secondaire, Maurane montera dans la cour de récré le mini-brol pour avoir son big bazar à elle

Il faut dire qu’à l’époque, ils ont fait une entrée en force.

Loading...

Une utopie à pattes def, un lendemain qui chante et qui danse… Une glorification de la vie de troupe d’une France qui avait appris à vivre l’individualisme… Le Big Bazar, c’est pour Fugain "le miroir d’un nouveau monde". Une promesse de second souffle des goldens sixties mais sans surconsommation, pas de star, c’est la troupe qui compte, toujours d’après lui c’est "le parfum d’une époque". Nous sommes quatre ans à peine après Mai 68. La terre a tremblé, le séisme a été planétaire. J’ai envie de chanter cette société qui change.

Et ces jeunes qui ont aujourd’hui entre 60 et 80 ans, pour ceux qui sont encore là, nous racontent à l’époque que la tendresse sincère, véritable et passionnelle, est possible le temps d’une chanson, et que ce sera une façon de plus de considérer l’amour à partir d’eux…

Plus de 800.000 exemplaires du 45-tours sont vendus dans la seule année 1972. Le succès est immédiat pour les débuts du Big Bazar.

Et ce titre voyager, jusqu’au japon par exemple avec le groupe Circus et leur titre Mr. summertimeOu en Colombie mais en français tout de même avec Youri Buenaventura…

Mais ce matin, retour au beatnik, au collectif et bon anniversaire en retard monsieur Fugain

Une belle histoire en 1972, Pierre Delanoë, Michel Fugain et son Big bazar, c’était dans l’air du temps, ça l’est toujours.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous