Icône représentant un article audio.

Chronique Économique

Le "blanchiment" du pétrole russe dont on ne vous parle pas

Chronique Economique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La Chronique Economique, en semaine à 8h30 et 17h30 sur Classic 21

Quoi de plus légitime que de venir passer ses vacances d’été en Europe ? Après tout, c’est la plus belle et plus riche région du monde sur le plan culturel. Mais si vous êtes russe, ce petit plaisir ne vous sera bientôt plus permis.

Ce mercredi, les ministres des affaires étrangères européens ont décidé de suspendre un accord avec la Russie qui facilitait l’octroi de visas européens. L’idée derrière cette suspension est qu’il n’est pas normal que des citoyens russes se baladent en Europe comme s’il n’y avait pas de guerre en Ukraine. L’interdiction des visas n’est pas totale, même si c’était la volonté des Polonais, qui comme vous le savez sont les plus véhéments contre la Russie. D’autres pays, comme la France, estiment que les citoyens russes ne sont pas à l’origine de cette guerre. Les laisser venir en Europe serait la preuve que chez nous, il y a une liberté d’expression, et que la version des faits n’est pas la même qu’en Russie. Je comprends la position française sur le principe. Mais, sauf erreur de ma part, je n’ai jamais vu un touriste russe lire la presse locale ou regarder la télévision locale.

Donc, pendant que nous interdisons aux citoyens russes de venir dépenser leurs sous comme touristes en Europe, les Russes – eux – comptent leurs sous qui ne cessent de s’empiler. C’est le Wall Street Journal qui a levé le lièvre

Sur le même sujet

Les banquiers ne voient pas encore les effets de la crise dans leurs comptes…

Chronique Économique

Crise économique : nous sommes entrés dans une période de peur !

Chronique Économique

Articles recommandés pour vous