RTBFPasser au contenu
Rechercher

Patrimoine

Le cerf et le sculpteur : l'appel de la forêt à Arlon

Le cerf et le sculpteur : appel de la forêt à Arlon

Les musées sont ouverts ! Pour vous faire découvrir leur patrimoine, on vous raconte l’histoire de ces chefs-d’œuvre de nos collections muséales pourtant méconnus.

A Arlon, le monument du "cerf bramant" est bien connu des habitants et habitantes. Son histoire l’est pourtant un peu moins. Œuvre de l’artiste Jean Gaspar, l’animal est apparu dans l’espace publique arlonais après la mort de ce dernier. Le modèle original, de taille plus raisonnable, est conservé au musée Gaspar.

Jean Gaspar

Un artiste torturé

Jean Gaspar est né à Arlon, en 1861. Etudiant contestataire, il est renvoyé de l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles dans sa jeunesse, mais continue à se passionner pour la sculpture. Son talent lui permet d’entrer dans l’atelier du maître absolu de la sculpture en Belgique, Jef Lambeaux. C’est ce dernier qui lui demande de réaliser les reptiles de la célèbre fontaine de Brabo, à Anvers, pour lesquels il se rend de nombreuses fois au zoo afin d’observer les animaux vivants.

L’Arlonais se spécialise dans la sculpture animalière, passionné par les animaux exotiques du zoo d’Anvers. Le succès lui sourit, et il gagne plusieurs prix pour ses sculptures. En 1897, il participe à un concours d’envergure : la réalisation d’une statue monumentale d’un char qui devra surplomber l’arcade du Cinquantenaire. Il y investit tout son temps et son talent, épaulé par sa femme qui se démène pour lui trouver les bons appuis et les financements nécessaires. Mais le projet de Gaspar n’est pas retenu, et l’homme rentre à Arlon meurtri, après plusieurs années sous les fastes de la capitale.

L'artiste dans son atelier

De retour dans les forêts ardennaises de sa jeunesse, il observe la faune endémique pour pouvoir parfaire son art et sculpter cerfs et autres sangliers. Mais la dépression et l’alcool l’isolent de plus en plus, il s’éloigne de ses proches et devient un marginal, menant plus la vie d’un vagabond que d’un artiste coté. Son succès ne se dément cependant pas. La reine Elisabeth elle-même est friande de son œuvre, il continue à créer et est exposé dans tout le pays, même après la première Guerre. Il meurt en 1931, alors qu’il est en cure de désintoxication à Uccle.

"L'appel de la forêt"

Le cerf bramant

C’est donc en 1899, à son retour à Arlon après son échec au Cinquantenaire, que Gaspar va se mettre en tête de sculpter un sujet symbolique de sa région : le cerf en brame. Il arpente les bois, mais observer le brame du roi des forêts n’est pas forcément chose aisée, et c’est en pleine nuit qu’il peut enfin assister au spectacle. Sa rencontre marquante avec l’animal se traduit d’abord dans une statue de plâtre de 30 cm, qui sera ensuite moulée en un bronze de la même taille. L’appel de la forêt est né. Le réalisme de l’œuvre la fait voyager jusqu’à l’exposition universelle de Gand en 1913, et en 1928, le cerf devient un cadeau royal en étant offert au prince Léopold et à la princesse Astrid, lors de leur joyeuse entrée à Arlon.

Une carte postale présentant la statue à son emplacement d'origine

Après la mort de Jean Gaspar, la ville, devenue chef-lieu de province, décide d’utiliser le modèle pour édifier un monument emblématique du terroir local et qui sera en même temps un hommage à l’artiste. Le cerf est agrandi à 1m50 et placé près du kiosque de la place Léopold. Après le décès de la reine Astrid en 1935, il déménage sur la place aménagée en l’honneur de cette dernière. Il s’y tient toujours aujourd’hui.

La statue est, de nos jours, souvent déguisée en fonction de l'actualité (ici avec des masques)
La statue est, de nos jours, souvent déguisée en fonction de l'actualité (ici avec des masques) Ville d'Arlon

Le modèle réduit original est quant à lui exposé au musée Gaspar, parmi une importante collection de sculptures signées de l’artiste.

Loading...

Le musée est ouvert !

Pour découvrir l’œuvre de l’artiste arlonais, ainsi qu’une belle collection d’objets d’art, rendez-vous au musée Gaspar, installé dans une maison typique du 19e siècle, légué par son frère Charles Gaspar. Réservez votre visite sur internet. Le musée est ouvert du mardi au dimanche.

Vous pourrez ainsi visiter l’exposition temporaire Ad maiorem Dei gloriam ! Les jésuites à Arlon qui se tient jusqu’au 3 janvier 2021.

Loading...

Sur le même sujet

"Nathan", un spectacle qui s'inspire du meurtre du Bourgmestre de Mouscron, à la Maison de la Culture d'Arlon

Scène - Accueil

19 artistes Wallons revisitent la girouette à Flemalle

Exposition - Accueil

Articles recommandés pour vous