Climat

Le changement climatique aggraverait les cyclones d'Afrique du sud-est, selon une étude

© Getty Images

11 avr. 2022 à 15:52Temps de lecture1 min
Par RTBF INFO avec Belga

Les cyclones et tempêtes tropicales qui ont frappé en début d'année le sud-est de l'Afrique et Madagascar ont charrié des pluies plus intenses en raison du changement climatique, selon une étude publiée lundi.

En janvier et février, Madagascar, le Mozambique et le Malawi notamment ont subi une série rapprochée de cinq cyclones et tempêtes -notamment Ana, Batsirai et Emnati- qui ont causé de graves inondations, affectant plus d'un million de personnes, détruisant infrastructures et cultures et faisant plus de 200 morts au total.

Augmentation de l'intensité et de la fréquence

Pour évaluer si le changement climatique avait eu un impact sur ces phénomènes, une équipe du World Weather Attribution, réseau de scientifiques pionniers en matière d'attribution des événements extrêmes au changement climatique, a étudié les précipitations pendant ces tempêtes sur deux régions (Madagascar et une région à cheval sur la frontière Mozambique/Malawi).

Les scientifiques les ont comparées aux périodes passées où elles ont été les plus intenses sur ces mêmes zones, selon les relevés historiques et différentes modélisations climatiques. Ils en ont conclu que l'intensité des pluies associées et leur fréquence avaient été augmentées par le réchauffement climatique.

Mais contrairement à d'autres études du WWA, ils n'ont pu chiffrer précisément avec quelle ampleur le changement climatique rendait des événements de cette intensité plus fréquents. Les données locales d'observation de la pluviométrie ne sont pas assez nombreuses et régulières pour une comparaison efficace, soulignent-ils. Ils appellent donc à "renforcer les ressources scientifiques" dans les pays pauvres, pour mieux étudier et s'adapter aux nouveaux phénomènes climatiques.

"Le changement climatique augmente les risques dans des régions où les cyclones tropicaux affectent déjà l'agriculture, des infrastructures, les moyens de subsistance et la vie même. La succession d'événements pluvieux rend plus difficile pour les communautés locales de s'en remettre et se préparer à l'événement suivant", écrivent les auteurs.

Sur le même sujet

Très rare apparition d'un ours polaire dans le sud du Québec

Monde

Climat : l’été 2021 fut l’été le plus chaud jamais enregistré en Europe, selon Copernicus

Climat

Articles recommandés pour vous