Journal du classique

Le chef d’orchestre gréco-russe Teodor Currentzis écarté des scènes allemandes

© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP or licensors

11 oct. 2022 à 15:32Temps de lecture1 min
Par Céline Dekock

Depuis plusieurs jours, le chef d’orchestre gréco-russe Teodor Currentzis se voit écarté par plusieurs institutions allemandes, qui lui reprochent sa position ambiguë vis-à-vis de la guerre en Ukraine. Le soutien financier dont bénéficie son ensemble MusicAeterna de la part de la banque publique russe VTB est également pointé du doigt.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les artistes russes ont été amenés – de manière spontanée ou non – a se positionner à l’égard du conflit. Il n’est pas utile de rappeler le cas Valery Gergiev ou encore la saga Netrebko. A l’instar de ces derniers, qui ont vu plusieurs de leurs concerts annulés en Europe et aux Etats-Unis depuis le début du conflit russo-ukrainien, le chef d’orchestre gréco-russe Teodor Currentzis se voit, lui aussi, écarté des scènes germaniques, après avoir déjà été écarté à Paris en mai dernier.

Il faut dire que la position du chef d’orchestre, né en Grèce mais ayant obtenu la nationalité russe en 2014 par décret présidentiel, à l’égard de la guerre en Ukraine est loin d’être claire. Son ensemble MusicAeterna est notamment financé par la banque russe VTB, tandis que leur récente tournée en Russie a été parrainée par Gazprom. Des connexions qui ne passent pas pour plusieurs institutions allemandes qui ont mis fin à leur collaboration avec le chef d’orchestre. C’est le cas de la Philharmonie de Cologne, qui a annulé un concert de Currentzis en janvier 2023 ou encore du Konzerthaus de Dortmund, où Currentzis devait diriger en novembre prochain Tristan et Isolde de Wagner.

Comme le précisent nos collègues de France Musique, Louwrens Langevoort, directeur de la Philharmonie de Cologne, a déclaré au magazine Van : "La Russie a occupé un pays étranger, des innocents meurent et Currentzis ne se soucie que de son Tristan und Isolde. Il se laisse financer par le système russe. C’est bien s’il veut faire ça, mais je n’ai plus à le supporter".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous