La Grande Forme

Le chlore : une substance dangereuse pour le corps ?

Allergie au chlore

© Getty Images

C’est la fin de l’été et avec la chaleur, vous avez régulièrement été à la piscine ? Attention au chlore ! Utilisé dans la plupart des piscines pour son effet désinfectant, il pourrait s’avérer allergisant. Après avoir nagé, certains baigneurs souffrent d’irritations et de problèmes respiratoires. Plus d’explications avec le Dr Xavier Van der Brempt, pneumo allergologue à Marche-en-Famenne et à la Clinique St-Luc à Bouge.

Pour parler d’allergie, il faut que le corps fabrique des anticorps contre une substance. Le chlore est avant tout un "irritant." On doit donc plutôt parler "d’hypersensibilité", "d’irritation" ou "d’inflammation" lié au chlore, plutôt que d’allergie. En cas d’hypersensibilité au chlore, la dose présente dans l’eau est importante. Plus l’exposition est forte, plus les symptômes seront invalidants : démangeaisons, asthme, urticaire ou encore, conjonctivite. 

Le chlore est un "irritant." Donc logiquement, il irrite les parties de notre corps qu’il touche. Notamment les voies respiratoires, lorsqu’on respire des vapeurs de chlore ou de produits chloré. Mais le problème principal est lié à la transformation du chlore en chloramine, qui sont des substances très irritantes et qui sont fabriquées quand le chlore rencontre des substances biologiques : la sueur, les cheveux, l’urine. Pour pouvoir confirmer un lien entre le chlore et les symptômes, il faut que les symptômes se produisent dans le décours immédiat de l’exposition. Autrement dit, les symptômes se développent dans l’heure après le contact et peuvent durer quelques heures après.

 

On peut distinguer :

  • Les expositions aiguës et toxiques

Elles se développent généralement dans le milieu industriel, et sont, le plus souvent, accidentelles. C’est une concentration importante de chlore pendant une période relativement courte, avec un effet toxique surtout sur les muqueuses respiratoires mais aussi oculaires et nasales (ex : industrie du traitement des eaux, ou désinfection dans le milieu agro-alimentaire) ;

  • Les expositions de la vie de tous les jours liées surtout aux piscines, mais aussi à la désinfection des surfaces (eau de Javel).

Dans ce cas il s’agit de symptômes irritatifs. Si on prend l’exemple des piscines : yeux rouges qui piquent, nez bouché, nez qui coule, un peu de toux, des rougeurs de la peau ou des démangeaisons, etc. Cela peut aller jusqu’à l’asthme, mais c’est rare.

 

Cas particulier de l’eczéma : la fréquentation des piscines ne va pas causer l’eczéma, mais par contre elle risque de l’aggraver s’il est déjà présent, et cela peut être très désagréable voire douloureux pour l’enfant qui a un eczéma actif. C’est sans doute une des très rares contre-indications à la piscine en milieu scolaire.

Cas de l’eau de Javel : elle est faiblement irritante si elle est bien utilisée, mais corrosive pour les plastiques, les métaux, etc. Ne jamais mélanger l’eau de javel avec un acide comme le vinaigre ou le jus de citron : risque de dégagement de chlore gazeux très irritant et toxique !

Qui et quand consulter ?

Si vous avez un doute, et que les symptômes sont légers, il est préférable de consulter son médecin traitant peut déjà aider. S’il s’agit par contre de symptômes cutanés gênants, prenez plutôt rendez-vous avec un dermatologue. Enfin, s’il s’agit de symptômes ORL et/ou respiratoires, rendez-vous directement chez un ORL et/ou un pneumologue. Un bilan allergique chez un allergologue est toujours utile. 

Quel traitement ?

Le chlore reste le moyen de désinfection le plus utilisé dans les piscines publiques en Belgique, et en Wallonie en particulier. Le chlore est à la fois très actif, rapide et bon marché. Il est donc difficile à éviter ! Voici donc comment traiter une irritation au chlore :

  1. Pour les symptômes cutanés : les antihistaminiques peuvent aider pour les démangeaisons, même en l’absence d’allergie vraie
  2. Pour les symptômes ORL : certains sprays nasaux sont également efficaces en cas de rhinite
  3. Pour les symptômes oculaires : des traitements locaux peuvent être utiles avant la piscine, et aussi des gouttes hydratantes après la piscine
  4. Pour les symptômes respiratoires : des traitements en aérosols doseurs, en "puffs", peuvent être utiles en cas d’asthme ou de toux, ils peuvent être pris préventivement avant les contacts, ou après au besoin.

Prévention 

  1. Éviter les expositions trop fréquentes
  2. Éviter la piscine chez les tout petits enfants
  3. Pour la rhinite : le pince-nez est une bonne prévention des symptômes
  4. Comme l’effet irritant est lié aux produits de dégradations du chlore (chloramines), qui sont dégagés lors des contacts entre le chlore et les produits organiques éliminés par les nageurs, il faudrait :
  • Se laver au savon AVANT la piscine, puis bien rincer (et se relaver après la piscine)
  • Mettre systématiquement un bonnet de bain
  • Éviter de faire pipi dans l’eau !

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h30 en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Alerte aux poux : ils sont de retour !

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous