RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Le Cinéma Versailles à Stavelot, l’un des plus vieux du pays, est fermé, mais ce n’est qu’un au revoir…

Le cinéma Versailles de Stavelot, créé en 1913, a brusquement fermé ses portes fin juin ; il devrait normalement rouvrir début septembre avec une nouvelle direction.

C’est un véritable petit séisme qui vient de secouer le monde culturel de Stavelot et sa région, en particulier les cinéphiles : le cinéma Versailles a fermé ses portes brusquement le 30 juin dernier. Créé en 1913, c’était l’un des plus vieux cinémas du pays qui attirait chaque année entre 25 et 30.000 spectateurs. Le gérant a jeté l’éponge pour des raisons personnelles ; son asbl est en liquidation, mais bonne nouvelle pour les cinéphiles, un groupe est en train de se former pour relancer le cinéma dès septembre avec à sa tête, le Stavelotain Michel Lambert.

Une plaque rappelle sur la façade du Versailles quelques étapes de l’histoire du vénérable cinéma.
Une plaque rappelle sur la façade du Versailles quelques étapes de l’histoire du vénérable cinéma. RTBF – Philippe Collette

"Le cinéma ne pouvait pas fermer !"

Quand on circule dans la jolie cité abbatiale de Stavelot, le cinéma Versailles, calfeutré dans la vieille ville rue Hottonruy, attire le regard par sa façade d’un autre âge surmontée par sa célèbre enseigne et ouverte par de minces vitrines annonçant la programmation. Cela fait 109 ans qu’il projette sans relâche films sur films dans ce qui fut d’abord le Cercle Ouvrier, puis la salle des Familles et enfin le Versailles en 1955. Jusqu’à fin juin dernier, il était géré par l' asbl "Ciné Versailles" laquelle louait par bail commercial, les bâtiments à l’ASBL des Oeuvres Paroissiales du Doyenné de Stavelot". Le Versailles a traversé la crise du cinéma, certes en perdant un peu des plumes comme tout le secteur, en conservant son public de toutes générations grâce à une programmation alliant succès commerciaux, films d’auteurs et projections d’anciens grands succès. La modicité de l’entrée, 6 €, était aussi un autre atout. Alors qu'il ne faisait plus partie de l'asbl Ciné Versailles depuis un an, Joseph Michel était resté aux commandes de l'établissement comme il l'a fait pendant 20 ans, mais l’aventure s’est arrêtée net le 30 juin, sans vraiment crier gare, pour des raisons personnelles, un "The End" dont on pourrait d’ailleurs reparler dans d’autres sphères…

Des habitués du Versailles sont prêts à reprendre le flambeau

La grande salle du Cinéma Versailles peut accueillir 270 personnes; la deuxième, plus petite, a une capacité de 80 spectateurs.
La grande salle du Cinéma Versailles peut accueillir 270 personnes; la deuxième, plus petite, a une capacité de 80 spectateurs. cineversailles.be

Malgré la brutalité de la fermeture, personne à Stavelot n’a pensé une minute à la disparition définitive du cinéma. Surtout pas les nombreux habitués du coin ou d’ailleurs, catastrophés par la perte possible de leur merveilleux lieu de culture. Très vite, un Stavelotain, secrétaire de l’ASBL propriétaire, Michel Lambert, s’est mis à la tâche pour former un groupe susceptible de reprendre le Versailles :" des personnes se sont rapidement présentées, explique-t-il, avec des profils différents, des âges différents, mon but étant de réunir une équipe qui rouvrirait le cinéma en septembre. Tous veulent garder l’âme du Versailles qui est culturel ; nous voulons garder un cinéma d’auteurs tout en ayant les blockbusters, permettre aussi de projeter des films plus confidentiels sans devoir aller à Liège ou Bruxelles." Bref, sauver le Versailles et le rendre comme il était : " avoir un accès à la culture à prix abordable, poursuit Michel Lambert, et poursuivre les œuvres sociales du Versailles, le cinéma scolaire, les cinés séniors, etc. "

Le challenge du futur groupe, qui sera totalement bénévole, est osé car il faudra assurer une gestion au quotidien : "pas seulement vendre des tickets et des glaces, précise Michel Lambert, c’est la programmation, mais aussi la gestion du matériel et la gestion financière."

A ce sujet, Michel Lambert tient d’ailleurs à rappeler que le Versailles est financièrement rentable avec la présence d’un public d’une rare fidélité dans les deux salles d’un cinéma qui devrait donc rebondir après l’été.

 

Articles recommandés pour vous