On n'est pas des pigeons

Le complément capillaire: la nouvelle génération de perruques

10 nov. 2021 à 15:26 - mise à jour 15 nov. 2021 à 10:56Temps de lecture1 min
Par On n'est pas des pigeons

Rodolphe Le Provost, du Centre du Cheveu à Bruxelles, va démontrer sur un mannequin masculin chauve, qu'on n'a pas besoin de recourir à la chirurgie ou de porter une perruque comme solution anti calvitie. Des bases extrêmement fines avec des cheveux 100% naturels restituent un coiffage identique à ce que l'on aurait pu obtenir avec ses propres cheveux.

A chaque fois, un relooking

Grâce au complément capillaire, on arrive chaque fois à une transformation, à un visage qui change et qui est totalement rééquilibré. Selon ses envies, on change de cheveux, de style, de type de complément, de coiffure (cheveux vers l'avant, vers l'arrière). Une membrane jetable, avec une durée de vie de trois à quatre mois coûte 390 euros.

Démonstration de la pose

Une résine dermique est appliquée à la fois sur le complément et sur la peau du crâne. Cette résine est sèche dès qu'elle est étalée. On obtient ainsi une adhésion pour une durée d'un mois. Une vraie dermofusion s'effectue avec le cuir chevelu. La technique est étudiée pour vivre avec le complément: dormir, prendre sa douche, aller à la piscine. Les membranes, microperforées, permettent à la peau de respirer normalement.

L'équipe est unanime: le résultat est bluffant !


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Sur le même sujet

Bye bye électricité statique dans les cheveux !

On n'est pas des pigeons

La Chambre approuve la réduction de la TVA pour les prothèses capillaires

Articles recommandés pour vous