RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

"Le compli-merde" : quand une remarque a priori gentille s’avère blessante

18 févr. 2022 à 15:00Temps de lecture3 min
Par Daphné Fanon

Qui n’a jamais reçu ou même jamais envoyé de "compli-merde"? Ces compliments qui ressemblent fameusement à une pique ou à une méchanceté et qui sont emplis d’une certaine violence passive, du style : "Waouw, ta nouvelle coiffure te va beaucoup mieux qu’avant" ou encore "Tu t’habilles vraiment bien… Malgré tes rondeurs." Souvent, ces compliments déguisés sont blessants et peuvent vexer la personne qui les reçoit. Les explications du Dr Caroline, psychiatre et médecin référente dans "La Grande Forme."

Les faux compliments : quand une remarque a priori gentille s’avère blessante. Quels sont les ressorts derrière ce genre de propos ? Est-ce voulu ou est-ce inconscient ? Comment réagir adéquatement ?

Quelques types de faux compliments :

  • Les rajouts inutiles

"Tu t’habilles vraiment bien… Pour une grosse"

"Tu es grande… Pour une Asiatique"

"Tu es beau… Pour ton âge"

Sous-entendu : grossophobe, raciste, âgiste

  • Les comparaisons blessantes

"Ta nouvelle coiffure te va beaucoup mieux qu’avant"

Sous-entendu : avant c’était vraiment moche.

  • La fausse jalousie

"Tu en as de la chance, j’aimerais vraiment aussi avoir autant de temps que toi pour faire du sport.

Sous-entendu : tu n’as vraiment rien à faire de tes journées.

Évidemment certains thèmes comme le poids - nos corps sont soumis à de nombreuses injonctions (minceur pour les femmes, muscles pour les hommes) - , les remarques sexistes et/ou relatives aux "minorités" ethniques sont particulièrement susceptibles d'entraîner ce genre de faux compliment.

Que se passe-t-il du côté de l’envoyeur (celui qui donne ce faux compliment) ?

Un essai réalisé par des chercheurs de la "Harvard business School" démontre que ceux qui font ce genre de remarques croient que cela leur permet d’assurer leur statut de supérieur tout en faisant plaisir à celui qui les reçoit. Mais c’est doublement faux :

1. Ça ne fait pas plaisir à celui qui reçoit ;

2. Ça n’augmente en rien le prestige de celui qui le donne (selon des observateurs).

Si ces faux compliments sont faits de façon intentionnelle, ils dénotent une volonté de manipuler et d’asseoir son autorité sur l’autre. C’est assez malsain. Par contre, il se peut qu’ils soient faits de façon totalement involontaire et/ou inconsciente. Ils peuvent être le signe d’une jalousie cachée vis-à-vis du receveur ou d’un complexe d’infériorité de l’envoyeur.

"Le compli-merde" : quand une remarque à priori gentille s’avère blessante

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Parfois, c’est simplement de la maladresse. On touche un point sensible du receveur alors qu’on ne l’avait pas perçu comme tel. Par exemple, dire : "J’adore tes rondeurs elles te vont trop bien" à quelqu’un pour qui c’est vraiment source de souffrance ou de lutte intérieure.

Que se passe-t-il du côté du receveur ?

  • Ces faux compliments suscitent de la confusion. Le receveur se rend compte que, même s’il est dit avec un grand sourire, le compliment n’est pas si sympa que ça. C’est ce qu’on appelle "la dissonance cognitive" : quand il y a une contradiction interne entre deux pensées et croyances.
  • Ils suscitent de la honte ou une grande tristesse (puisque cela peut être vécu comme une insulte et raviver un complexe).
  • Ils provoquent aussi de la frustration : difficile de répondre sans passer pour celui qui n’a pas d’humour ou de second degré ou qu’on vous réplique un " tu vois le mal partout "

Comment réagir

  • De manière frontale ;

Répondre en mettant l’autre face à la réalité agressive de sa remarque : "Ce que tu dis est en fait très blessant, est-ce que tu t’en rends compte ?", "Je suis désolée mais je ne suis pas d’accord d’entendre et d’accepter de tels propos, je quitte la pièce" ou encore : "La grosse te fait ses compliments et te dit au revoir "

  • Vous pouvez tout simplement lui dire que ça vous blesse et pourquoi ;

Soit sur le moment même, soit après quelques jours quand vous êtes plus calme. Peut-être qu’il/elle ne s’en rendait pas compte et que cela le/la fera réfléchir. Et si ça ne le/la fait pas réfléchir, ce n’est peut-être pas un si bon ami que ça.

  • En appliquant la technique de l’arroseur arrosé et en répliquant par un faux compliment aussi ;

"Merci, venant de toi, ce genre de compliment ne m’étonne pas du tout", "Merci, tu as vraiment le sens de la formule… Pour un homme/pour un boomer "

  • Tenter l’ironie mordante (notez que le second degré n’est pas toujours perçu par l’envoyeur) ;

"Je vais prendre ça comme un compliment, hein ? !", "Ah, se moquer des autres en faisant semblant de leur faire un compliment, c’est tellement 20e siècle."

  • Si vous êtes plusieurs, s’adresser à un voisin :

"Comment est-ce que tu comprends ce que machin vient de me dire ? "Comment je dois réagir tu crois ?

"Je vous conseille par-dessus tout, quelle que soit votre réaction, de cultiver votre indifférence et votre détachement" explique le Dr Caroline. "Ce que dit l’autre n’est significatif que d’une chose : le sombre idiot qu’il est. Rappelez-vous cela. Cela ne dit rien de vous, mais tout de lui."

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13 heures à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast telles que : Pocket Casts, Podcast addict, Google Podcast ou encore Apple Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

Le burn-out : quels sont les signes précurseurs et peut-on s’en remettre sans changer d’environnement ?

La Grande Forme

Le coup de foudre : mythe ou réalité ?

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous