Le Scan

Le coût caché du cash

Un billet de 20 euros vaut 20 euros. Jusqu’ici, rien de neuf. En réalité les choses ne seraient pas aussi simples. En fonction de l’endroit où vous l’avez retiré, ce billet ne vaut plus que 19,50 euros, 18 euros, voire 15… Le SCAN s’est penché sur le coût caché du cash.

De l’argent que votre banque peut vous faire payer

Les frais bancaires varient d’une banque à l’autre et d’un compte à l’autre. En règle générale, retirer de l’argent aux distributeurs de votre propre banque reste gratuit. Mais pour les autres, ce n’est pas toujours le cas. Cela peut varier de 10 à 50 centimes d’euros. Et si vous effectuez un retrait au guichet, dans le cas le plus extrême, cela peut même atteindre 5 euros !

Comment expliquer cela ? Les banques en ont-elles le droit ? La réponse est oui. "Chaque institution bancaire est libre de déterminer la facturation des retraits", confirme Rodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin. "Est-ce qu’éventuellement on met en place un "package" ? Toute une série de premiers retraits qui sont gratuits et puis au-delà d’un certain nombre d’opérations cela devient payant ? C’est une liberté commerciale qui est laissée à chaque banque."

Ces frais de retrait se justifient-ils vraiment ? La question a été posée à Julie Frère, de Test Achats. "Effectivement, les banques ont à leur charge l’installation des distributeurs, leur maintenance. Et quand vous allez retirer de l’argent chez une banque concurrente, votre banque va devoir payer des frais à la banque où vous avez retiré de l’argent. Cependant, peut-on justifier des frais qui augmentent d’année en année, et qui rendent beaucoup plus difficile et payant l’accès au cash ? Ça non !"

Un retrait d'argent qui n'est pas toujours gratuit
Un retrait d'argent qui n'est pas toujours gratuit © Getty Images

Un coût caché et des frais pas toujours transparents

L’utilisation du cash a de toute façon un coût, auquel Monsieur et Madame Tout-le-Monde ne pensent pas forcément, puisqu’il faut notamment produire les pièces, imprimer les billets ou encore les mettre en circulation. Et ce coût a été estimé à un peu moins de 130 euros par an et par habitant. Rodolphe de Pierpont le confirme :

"Il y a un coût au cash, qui est caché, qu’on paye de différentes manières, notamment par nos impôts, pour l’émission des pièces et des billets par la Banque Centrale. Et puis pour toute la logistique de distribution du cash, sa sécurisation, il y a des fourgons blindés qui doivent transporter les billets jusqu’aux distributeurs et l’exploitation des distributeurs a un coût, lui aussi, de plusieurs milliers d’euros par an. Et donc tous ces coûts sont répercutés directement et indirectement sur le client."

Mais pour certains, payer pour retirer de l’argent est d’autant plus incompréhensible que souvent les banques imposent déjà des frais bancaires. Anne Fily est chercheuse pour l’ASBL Financité et connaît bien ce problème : "Ces questions ne sont pas transparentes. On n’a pas les éléments qui nous permettent effectivement de calculer combien vaut chaque service au sein du compte. Et un client lambda, lui, s’attend, lorsqu’il souscrit un compte bancaire, à ce qu’on lui donne un tarif et que ce tarif soit tout compris. Surtout pour des opérations aussi basiques que retirer de l’argent de son compte bancaire."

Des distributeurs qui se raréfient

Des distributeurs, il y en a de moins en moins. Et cette tendance va s’accélérer, notamment avec l’arrivée des distributeurs neutres Batopin, financés par les quatre grandes banques du pays, qui s’installent un peu partout. Si cela permet aux banques de partager leurs frais, pour le consommateur, cela ne s’avère pas si clair…

"Autre doute important", d’après Julie Frère, porte-parole de Test Achats, "est-ce que oui ou non, les retraits dans ce réseau Batopin seront payants ? Cela dépend de chaque banque qui pourra considérer ces distributeurs comme faisant partie ou non de son propre réseau bancaire. On voit déjà qu’une banque comme KBC, par exemple, a annoncé qu’elle considérerait les distributeurs Batopin comme externes à son propre réseau."

Et pour éviter les mauvaises surprises en retirant votre cash, il est conseillé de bien choisir votre compte à vue, d’éviter de fractionner les retraits, et d’éviter aussi de retirer de l’argent avec une carte de crédit.

Autre astuce pour éviter de payer des frais supplémentaires, si vous faites vos courses et que vous payez par carte, vous pouvez toujours demander un peu de cash en plus, pour autant que les commerçants acceptent.

Sur le même sujet

Ce qu’il faut savoir sur la généralisation du payement électronique le 1er juillet

Le 6/8

Il n'y a plus de distributeur automatique de billets à La Bruyère, commune rurale

On n'est pas des pigeons

Articles recommandés pour vous