Icône représentant un article video.

Monde Europe

Le Covid-19 a chamboulé le programme Erasmus

L'invité dans l'actu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

31 janv. 2022 à 08:15Temps de lecture6 min
Par A.T. sur base d'une interview de Sophie Brems

C’est devenu presque banal : pour suivre sa formation à l’étranger pendant quelques mois, le programme Erasmus est bien connu des étudiants et étudiantes dans le supérieur. Mais, depuis presque deux ans, avec la crise du Covid-19, il a fallu s’adapter.

Laurent Despy, administrateur de l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur (ARES), explique que la crise du Covid-19 a chamboulé le programme Erasmus.

Il rappelle que le programme Erasmus ne s’adresse pas qu’aux étudiants, puisque globalement, sur les 3500 participants au programme, il y a aussi 500 membres de personnel qui ont participé à des échanges entre professeurs, entre chercheurs, entre membres de l’administration.

Laurent Despy estime qu’on peut être fier de la manière dont le programme s’est adapté : "Globalement, on peut dire qu’il y a eu un impact, mais qu’il y a eu un vrai suivi et qu’on peut aujourd’hui être assez fier de se dire qu’on a intégré les nouveaux moyens de communication, l’e-learning, et qu’avec les cours à distance, même s’ils ne remplacent jamais le contact direct avec l’enseignant, on a maintenu une grande stabilité."

Plus de femmes

D’après des études menées par l’ARES, il y a plus de femmes qui participent à des programmes de la mobilité que d’hommes. "Et on a aussi constaté que plus de femmes se destinent à l’enseignement supérieur, au sens large, que d’hommes dans beaucoup de domaines", précise Laurent Despy.

Les matières plutôt appréciées sont le commerce, le droit et l’administratif, pour l’enseignement, et pour les stages, il y a plus un lien avec le monde médical et la santé. "Mais ça, je pense qu’il y a aussi un lien avec la crise", ajoute-t-il.

Vers un assouplissement ?

Le Royaume-Uni, l’Irlande et le Danemark ayant suspendu les mesures contre le Covid-19, assistera-t-on rapidement à un relâchement dans les pays voisins ? "Il est un peu tôt pour le dire, parce que les mesures sont évidemment très disparates pour l’instant", répond l’administrateur de l’ARES.

Avant de conclure : "On devra attendre pour voir la reprise, mais on peut quand même dire que certains pays ont été plus privilégiés que d’autres. Je pense qu’en Europe, c’est l’Espagne, la France et le Royaume-Uni, alors que hors Europe, c’est plutôt le Canada."

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : les universités belges suspendent leur collaboration avec les universités russes soutenant le conflit

Guerre en Ukraine

35 ans d’Erasmus : un programme à deux vitesses ?

Monde Europe

Articles recommandés pour vous