RTBFPasser au contenu
Rechercher

Football

Le Covid a frappé : 139 millions d’euros de déficit pour les clubs de Pro-League en 2021 !

09 févr. 2022 à 16:12 - mise à jour 09 févr. 2022 à 17:04Temps de lecture2 min
Par Erik Libois

On s’y attendait, mais les chiffres font mal aux yeux : sur la saison 2020-21 (exercice financier 2021 après calcul d’impôts), les 25 clubs de Pro-League (D1A et D1B) ont amassé ensemble… 139,649 millions d’euros de perte. C’est le bilan publié ce mercredi par la Commission des Licences de l’Union Belge.

C’est près de trois fois plus que le même résultat sur l’exercice 2020 précédent, qui avait été bouclé avec 53,6 millions d’euros de perte cumulée.

Anderlecht bonnet d’âne

Le plus mauvais élève est le Sporting d’Anderlecht, qui perdu 29,35 millions sur une année. Le club, dont les actionnaires viennent de procéder à plusieurs recapitalisations, est en plein redressement financier.

Juste derrière Anderlecht, on retrouve le Standard, dont le résultat négatif atteint 17,57 millions d’euros : le club liégeois est en train d’assainir son noyau et est à la recherche d’investisseurs.

© Tous droits réservés

Parmi les mauvais élèves, on retrouve encore OHL (-16,46 millions) et Eupen (-13,43 millions), propriétés respectives de Leicester et du groupe Aspire. Viennent ensuite l’Antwerp (-11,19 millions) et l’Union Saint-Gilloise (-9,21 millions).

Charleroi premier de classe

Sans surprise, le premier de la classe se nomme… Charleroi, qui a réalisé 1,48 millions de bénéfices. Depuis de nombreuses années, le Sporting carolo tire son épingle de jeu avec sa politique de salaires moyens et de grosses plus-values sur les transferts.

Dans ce classement financier, les Zèbres devancent le Club Bruges (+ 1,34 millions), Zulte Waregem (+ 843.000 euros) et… Mouscron (+ 665.000 euros), relégué sportivement au terme de la dernière saison.

Courtrai et Malines sont les deux derniers clubs de Pro-League affichant un résultat positif : 19 des 25 clubs de D1A et D1B ont fait des pertes sur 2021.

Les effets de la pandémie

Il faut principalement y voir les effets dévastateurs de la pandémie. La crise sanitaire a baissé les revenus publicitaires et les huis clos ont fait chuter les recettes ticketing, alors que les salaires (joueurs sous contrat) restaient à leur niveau préalable.

Vu cette crise sanitaire (et donc financière) exceptionnelle, la Commission des Licences avait décidé d'alléger ces critères annuels d'évaluation. Ce qui permet à chaque club de Pro-League de passer au vert cette fois-ci. Mais gare au prochain contrôle saisonnier...

Sur le même sujet

Le vice-gouverneur de la BNB appelle à des mesures sélectives et à la réduction du déficit

Economie

Articles recommandés pour vous