RTBFPasser au contenu
Rechercher

Voyages

Le coworking en hôtel est-il vraiment utilisé et rentable ?

Depuis la crise sanitaire, l’hôtellerie veut attirer une nouvelle clientèle, d’indépendants ou de salariés en télétravail, avec des espaces dédiés.
28 juin 2022 à 10:30Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Avec la crise sanitaire est né le désir de travailler là où l’on souhaite vivre plutôt que vivre là où il y a du travail, et d’avoir "un pied en ville et un pied à la campagne", notait fin 2021 KPMG dans son dernier rapport annuel sur le secteur hôtelier (France).

Enchaîner réunions et rendez-vous professionnels dans un lobby d’hôtel, avant de piquer une tête dans la piscine et de boire un cocktail au bar : depuis la crise sanitaire, l’hôtellerie veut attirer une nouvelle clientèle, d’indépendants ou de salariés en télétravail, avec des espaces dédiés.

Ces aspirations tendent à développer une société de "bi-résidence" où le salarié travaille alternativement au siège de l’entreprise dans "les grands centres urbains" et "dans des 'tiers lieux', au sein des petites villes et des zones non-urbaines", observait-il.

Une alternative au travail à la maison

Fort de ce constat, le sixième groupe hôtelier mondial Accor a développé via sa filiale commune du groupe de construction Bouygues Immobilier, Wojo, une offre de "coworking", soit des espaces de travail partagés, réservables via une application, dans 370 de ses 1600 hôtels en France.

"La transformation du monde du travail s’est accélérée à la puissance dix avec la crise, qui a généralisé le télétravail et poussé les entreprises à flexibiliser leurs espaces de travail", constate Stéphane Bensimon, président de Wojo.

Dans les services, "tout le monde est un peu nomade et il faut une alternative au travail à la maison, un réseau d’espaces de travail à proximité de chez soi, où être seul ou retrouver des collègues", dit-il. "Quoi de mieux qu’un hôtel pour installer son bureau ? Il y a un accueil généralement souriant et agréable 24h/24, 7 jours sur 7, une offre de restauration, bar, salle de sport voire piscine, des salles de réunion à la demande…", affirme M. Bensimon.

Nées pendant la crise sanitaire pour continuer à attirer une clientèle d’affaires et pallier la raréfaction des séjours d’affaires, ces nouvelles offres sont "nécessaires parce que dans beaucoup d’hôtels on se retrouve avec des espaces un peu vides, un peu froids, en pied d’immeuble", dit à l’AFP Stéphane Botz, expert de KPMG.

Entre clientèle de proximité et bleisure

Des plateformes indépendantes comme MyLobby se créent aussi, pour valoriser les espaces communs des hôtels.

Cela apporte aux hôtels un "revenu complémentaire, à faible coût : ces travailleurs vont consommer au bar, au restaurant… et cela fait de l’hôtel un lieu de vie du quartier", souligne M. Bensimon. Mais les hôteliers doivent "se remettre en cause parce que ça n’est plus du tout la même clientèle que celle des voyageurs : là c’est une clientèle de proximité", dit-il.

Autre tendance apparue avec la crise, le développement du "bleisure" - contraction de "business" et "leisure" - qui mêle voyage d’affaires et loisirs. "Le télétravail a incité un certain nombre de personnes à associer le loisir au travail, en prolongeant son séjour d’affaires, dans les capitales régionales ou des destinations balnéaires comme La Baule, Biarritz, Deauville…", décrit M. Botz.

Réactifs, les hôteliers proposent des offres adaptées : "Work Hubs" chez Club Med qui promet "l’accès Internet haut débit gratuit, des collations gastronomiques et du café","Work from Hyatt" ou encore "Work anywhere" de Marriott Bonvoy.

Mais depuis avril, bonne nouvelle : on observe aussi en France "un véritable retour des clientèles étrangères", dit M. Botz, tandis que des salons tels que Vivatech "ont lieu et font le plein", ce qui remplit les hôtels. À nouveau.

Un hôtel loue des chambres pour des gens qui télétravaillent

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous