Regions

Le CPAS de Forest et son projet « Unis-vers Diogène » récompensés du prix de lutte contre la pauvreté 2021

Les représentants des lauréats du Prix Pauvreté : Le CPAS de Forest, l’asbl Sortir du Bois et la commune de Mol

© prixpauvrete.be

24 nov. 2021 à 14:59Temps de lecture1 min
Par Tom Denis

Le prix fédéral contre la pauvreté 2021 pour la Région bruxelloise a été décerné vendredi dernier au CPAS de Forest et son projet visant à accompagner les personnes atteintes du syndrome de Diogène. Karine Lalieux, la ministre de l’Intégration sociale et de la Lutte contre la pauvreté, a remis à l’organisation bruxelloise, ainsi qu’à deux autres, wallonne et flamande, un chèque de 10.000 euros.

"Cette récompense est très encourageante pour l’équipe qui travaille sur le projet", explique Maroussia Hayois, la coordinatrice du service forestois 'Unis Vers Diogène'. "Cette réflexion sur le syndrome a commencé au sein de la commune de Forest il y a plus de dix ans avec plusieurs observations ramenées du terrain. Ce prix est une reconnaissance du travail déjà fourni et en même temps une belle motivation pour le poursuivre. À présent, nous allons nous réunir avec toutes les associations qui participent au projet, pour voir ce que l’on va faire de la somme perçue", s’enthousiasme Maroussia Hayois.

'Unis-Vers Diogène' pour accompagner les Forestois

Le groupe cible de ce projet est constitué d’habitants de la commune de Forest et de la Région de Bruxelles-Capitale qui peuvent souffrir du syndrome Diogène. Il s’agit généralement de personnes de plus de 60 ans, qui vivent seules ou isolées. Ce nombre est difficile à quantifier en termes absolus, car l’incidence du syndrome est probablement sous-estimée. Comme pour combler un vide intérieur, ces personnes amassent les objets hétéroclites, les déchets ou bien même parfois les animaux. Cela conduit à des conditions de vie insalubres.

À l’heure actuelle, il n’existe pas de services spécialisés ou de thérapies cohérentes qui garantissent la santé et la dignité des personnes souffrant du syndrome de Diogène. Selon l’organisation, "cela est dû à la complexité éthique, juridique, sociale et psycho médicale de la question et à la non-reconnaissance des différentes dimensions sur lesquelles le syndrome a un impact. Le manque d’outils et de protocoles d’intervention pour les professionnels, les proches et les décideurs politiques joue aussi sans doute un rôle".

Sur le même sujet

« Unis-Vers Diogène » : le CPAS de Forest accompagne les personnes atteintes du syndrome de Diogène

Regions

Articles recommandés pour vous