Jupiler Pro League

Le cri d’alarme de Pierre François (Pro League) : Seuls, nous ne réussirons pas à éradiquer la violence !"

© © Tous droits réservés

06 déc. 2021 à 15:52Temps de lecture2 min
Par Erik Libois

Après les incidents graves du Kiel et de Sclessin, la Pro League a décidé ce lundi midi de prendre des mesures fortes, interdisant les supporters visiteurs dans les stades jusqu’à la trêve.

"J’ai parlé de comportement criminel et de honte pour le football belge… et je ne retire rien de ce que j’ai dit !" explique Pierre François, le Directeur Général de la Pro League, contacté par nos soins. "Le football doit être porteur de messages positifs… et ici on a des gens qui montent sur le terrain et jettent des objets fumigènes dans les blocs adverses ! Ceci peut mener à des accidents graves et à des mouvements de panique : c’est totalement irresponsable... Notre décision d’aujourd’hui a des objectifs sanitaires pour limiter la circulation du virus et bloquer les contaminations : nous avons déjà été parmi les premiers à imposer le passeport sanitaire et le port du masque. Mais nous devons profiter de cette pause pour mener une réflexion profonde sur ce qui se passe sur nos terrains ces derniers mois. Seuls, nous ne réussirons pas à éradiquer ce fléau renaissant de la violence !"

© Tous droits réservés

Le constat est criant : depuis cette saison, les débordements se multiplient, dans un contexte de pandémie qui affecte et use profondément.

"Je ne vais pas m’improviser sociologue" reprend Pierre François : "Mais on constate qu’il y a un lien entre la sortie du confinement, celle des matches à huis clos et la durée de la pandémie. Tout cela amène à des formes d’exutoires assez déplacés. Aujourd’hui, nous demandons des sanctions plus fermes et plus rapides à l’égard des fautifs, qui n’ont rien à faire dans les stades et qu’on devrait (NDLA : comme en Angleterre) faire pointer au commissariat durant les matches pour qu’ils ne viennent plus au foot ! Les clubs font déjà beaucoup en organisant le stewarding et en équipant les stades de caméras. Nous multiplions aussi les messages et les campagnes de sensibilisation. Mais nous devons bien admettre que nous n’y arrivons plus seuls : nous avons besoin du politique, des forces de l’ordre, des bourgmestres, des dirigeants de clubs… mais aussi des supporters pour retrouver du bon sens."

© Tous droits réservés

Des grands pays voisins comme l’Angleterre et l’Allemagne sont venus à bout du hooliganisme par des mesures fortes. Mais la Pro League avertit des effets pervers de la pure répression.

"La Fédération inflige régulièrement de lourdes amendes aux clubs, mais ce n’est plus suffisant…" reprend Pierre François. "On ne réussira pas avec de la pure répression et des litanies de condamnations : il faut continuer à soutenir les clubs dans leur politique de prévention et de dialogue avec les groupes ultras… à condition que ceux-ci fassent maintenant le ménage en leurs rangs. On doit bannir des stades la pyrotechnie dangereuse. Mais selon moi, une pyrotechnique douce, encadrée et régulée dans son timing a encore sa place dans les stades. Ne perdons pas tout le bénéfice du dialogue et des concertations qui existent… Et je ne suis pas favorable non plus à ce que les clubs soient sanctionnés par des retraits supplémentaires de points… d’autant que ce cas de figure existe déjà lors des matches arrêtés suite à des débordements de supporters. Mais je ne pense pas qu’il faille aller au-delà du règlement existant..."

Sur le même sujet

Pro League : Courtrai émerge contre Oud-Heverlee Louvain

Jupiler Pro League

Articles recommandés pour vous