Maison

Le "death cleaning" : mettre de l'ordre dans sa maison et sa vie

Le "death cleaning" : mettre de l'ordre dans sa maison et sa vie.
08 juil. 2022 à 11:30Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Trier, classer, ranger, le "death cleaning" est tout cela à la fois. Venu de Scandinavie, ce concept répond aux besoins de changements des plus âgés afin de désencombrer leurs maisons avant la mort (bonne ambi).  

Dans son appartement, Hélène range ses affaires de façon méthodique. Cette grande fan de Marie Kondo cherche à optimiser son espace pour ne garder que l'essentiel. Comme chez cette Parisienne de 36 ans, cette obsession pour le rangement a pris une ampleur sans précédent ces dernières années, jusqu'à atteindre les plus âgés d'entre nous. 

On parle alors de "death cleaning". "Un processus de ménage, de tri et de réorganisation pour cette ultime phase de la vie", déclare Carmen Jean-Baptiste, "home organiser" et experte en "death cleaning". L'une des premières à exercer cette activité en France.

"Rendre sa vie quotidienne plus fluide"

Concept suédois, le "death cleaning" est popularisé par la sortie du livre "The Gentle Art of Swedish Death Cleaning" de Margareta Magnusson en 2018. "Le 'death cleaning' ne consiste pas à faire la poussière ou à passer la serpillière; il s'agit d'une forme permanente d'organisation qui rend votre vie quotidienne plus fluide", écrit l'autrice, qui vit à Stockholm. "Une manière d'éviter d'encombrer l'espace de vie", justifie quant à elle Carmen Jean-Baptiste.

Celle qui se base sur les écrits de la suédoise martèle qu'elle ne trouve pas cette façon de procéder triste ou embarrassante. Au contraire.

"Plus on a conscience de la mort, plus on vit intensément."

Dans les faits, le "death cleaning" varie selon les clients. Certains souhaitent se débarrasser d'objets et d'habits accumulés depuis des années, d'autres veulent faire un grand ménage pour marquer une nouvelle étape dans leur vie tandis que d'autres encore souhaitent alléger le travail de tri de leurs enfants lorsqu'ils seront morts. Quelle que soit la raison, l'home organiser est là pour accompagner. "C'est vous qui décidez !", affirme Carmen Jean-Baptiste. 

Facteur de bien-être de 20 à 80 ans !

Sa dernière cliente, par exemple, n'avait que 30 ans. Alice, alors en plein déménagement, souhaitait "réorganiser sa tête. Et cela commence par chez mon père", explique-t-elle dans une vidéo postée sur le compte Instagram de l'experte. Sa chambre d'enfant débordait de fringues et de papiers. "Le fait d'aller chercher les choses, de les sortir et de les trier, je trouve que ça fait beaucoup d'étapes", dit la jeune femme. Alors qu'avec Carmen Jean-Baptiste, "je triais quand tu m'amenais les choses. Finalement, c'était incroyable".

Depuis la pandémie et l'avènement de Marie Kondo, les besoins autour du rangement se font sentir. Les gens n'hésitent d'ailleurs pas à se tourner vers des professionnels pour se mettre à la tâche. Le New York Times rapporte par exemple que la pandémie de Covid-19 a été un catalyseur pour beaucoup de personnes âgées qui ont eu besoin de faire du tri dans leur vie.

Sur le même sujet

Ranger pour ne pas craquer : après la méthode Marie Kondo, la technique de rangement FlyLady

Maison

Le phénomène Marie Kondo, l'art du rangement

Articles recommandés pour vous