Le Design Museum Brussels déconfine ses pièces de collection

Le Design Museum Brussels "déconfine" une partie de ses collections
02 oct. 2020 à 03:55Temps de lecture1 min
Par Véronique Fievet

Ne dites plus "ADAM Brussels Design Museum" mais plus simplement "Design Museum Brussels". Un changement de nom, plutôt bienvenu (qui savait vraiment que derrière cet ADAM, se cachait en réalité l'"Art and Design Atomium Museum"?) et qui donne envie de sortir, après un été qui nous a souvent coincés à la maison. Voici donc, outre un nouveau nom et de nouveaux aménagements, une nouvelle exposition qui s’ouvre au public ce 2 octobre. Son nom est déjà tout un programme : (dé)confinés. Un mot qui traduit bien l’intention de sortir des réserves du musée, des pièces et objets rares qui n’avaient plus pris l’air depuis plusieurs années.

Du plastique coloré pour raconter une époque ou un contexte sociologique et culturel

En 1995, en pleine épidémie de sida, cette veste matelassée composée de préservatifs, a été portée à Bruxelles sur le dancefloor du Mirano Continental
En 1995, en pleine épidémie de sida, cette veste matelassée composée de préservatifs, a été portée à Bruxelles sur le dancefloor du Mirano Continental © Tous droits réservés

Cette veste imaginée par le créateur français Marc Charles porte le nom de Transe Lucide. Elle rappelle que la fièvre, générée par la musique, l’alcool et le sexe, ne doit pas faire oublier les risques du sida. Elle est composée de préservatifs mais sujette à la dégradation chimique du PVC et du latex, elle a dû être restaurée en 2018 et remise en forme. L’exposition (dé)confinés est l’occasion de la sortir des réserves du musée. Pour son directeur, Arnaud Bozzini, c’était une évidence : "L’idée de monter cette exposition est née d’un parallèle entre la situation de confinement que nous vivions et la majorité des pièces qui étaient confinées dans les réserves pour des raisons de conservation ou de restauration. Nous avons donc voulu sortir une cinquantaine de pièces, de trésors qui n’étaient pas sorties depuis l’ouverture du musée il y a cinq ans."

Volumineux, généreux, décalés

Un musée ouvert en 2015 pour préserver une collection de design et d'art en plastique
Un musée ouvert en 2015 pour préserver une collection de design et d'art en plastique © Tous droits réservés

Ouvert en décembre 2015 sur le plateau du Heysel, l’actuel Design Museum Brussels présente une collection d’objets d’art ou de design en plastique. Sculptures gonflables et sensuelles imaginées par Niki de Saint-Phalle en 1968, fauteuil décalé ou improbable nain de jardin transformé en tabouret. Une balade qui revisite un temps où le plastique n’était pas encore accusé de tous les maux. Un musée qui entend "susciter une émotion, raviver un souvenir ou simplement prêter à sourire" et en ces temps de turbulences, c’est déjà beaucoup !

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous