La Grande Forme

Le diabète gestationnel : cette maladie qui touche 3 à 6% des femmes enceintes

Le diabète gestationnel : c’est quoi ?

© Getty Images

Dans le monde, trois à six% des femmes enceintes sont touchées par le diabète gestationnel. Il s’agit d’une intolérance au glucose reconnue pour la première fois en cours de grossesse et peut-être dangereuse pour l’accouchement. Plus d’explications dans "La Grande Forme" avec le Dr Emmanuelle Renkin, Gynécologue et obstétricienne, consultante externe aux Cliniques universitaires St-Luc.

Le diabète gestationnel apparaît généralement dans la deuxième moitié de la grossesse, quand la fonction pancréatique n’est plus suffisante que pour couvrir la résistance à l’insuline et que le taux de sucre est élevé dans le sang.

Physiologiquement, la grossesse est caractérisée par une insulino-résistance, et prédispose au diabète. Cette résistance est due à plusieurs rasons. Notamment, le fait que le placenta secrète des hormones diabétogènes. Mais aussi parce que la femme enceinte fabrique du tissu adipeux, de la graisse, qu’elle dépose à plusieurs endroits de son corps.

Quels sont les facteurs de risque de développer un diabète de grossesse ?

  • Âge de plus de 35 ans est un facteur de risque
  • Excès de poids (BMI supérieur à 25)
  • Antécédent familial de diabète (préexistant ou gestationnel)
  • Antécédent de macrosomie (bébé ou soi-même)
  • Le syndrome des ovaires polykystiques

A contrario, un facteur protecteur est de pratiquer régulièrement une activité physique.

Le diabète gestationnel : la maladie qui touche les femmes enceintes

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Quels sont les retentissements de ce diabète sur la future maman et sur le fœtus ?

Pour la maman (qu’il soit préexistant ou gestationnel) :

  • Risque accru de prééclampsie, c’est-à-dire d’hypertension de grossesse avec un risque d’accouchement prématuré ;
  • Risque de mettre au monde un macrosome (un gros bébé de plus de 4 kg) avec un risque d’accouchements instrumentaux ;
  • Plus grand risque d’hémorragie de la délivrance. Saignement très important après la grossesse ;
  • Sur le long terme, il y a un risque accru de développer un diabète permanent après la grossesse ;

Pour le bébé (préexistant ou gestationnel) :

  • Macrosomie et risque important de césarienne ;
  • Naissance instrumentale et dystocie des épaules ;
  • Troubles métaboliques à la naissance ;
  • Mortalité in utero et périnatale augmentée.
  • A long terme, l’enfant à des risques d’obésité et de diabète dès l’enfance. Si diabète est préexistant, il y a un risque de malformations congénitales…

Quand et comment dépiste-t-on ce diabète ?

En principe, on fait un test de glycémie à jeun : la première prise de sang recommandée en début de grossesse. Ensuite, entre la 24e et la 28e semaine de grossesse, l’OMS préconise de faire le test de l’OGTT (test de tolérance au glucose oral). 

Ce test d’hyperglycémie a mauvaise réputation car il faut boire un sirop très sucré et écœurant qui provoque parfois nausées et vomissements. Mais il va permettre de déceler un type de diabète chez une patiente atteinte. Si la patiente est diabétique, le médecin va l’orienter vers une consultation d’endocrinologie. La prise en charge sera multidisciplinaire avec un diabétologue et un nutritionniste.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13h à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous