RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le 6/8

Le droit à la déconnexion ? C’est quoi au juste ?

Quid du droit à la déconnexion du boulot

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 févr. 2022 à 14:05Temps de lecture2 min
Par Elisée Baelongandi

Qu’est-ce le droit à la déconnexion dont il a été tant question dernièrement ? Thierry Evens, porte-parole de l’UCM, nous explique cela dans le 6-8.

En quoi consiste ce droit ?

Le droit à la déconnexion est la possibilité de couper son téléphone portable professionnel à l’heure de la fin de son service. Autrement dit, c’est le fait de ne plus recevoir ou devoir répondre à des coups de fil, messages, SMS, mail concernant le boulot, en dehors des heures de travail. Cette rupture vaut aussi bien pour les collègues que l’employeur.

Depuis le 1er février, les fonctionnaires, soit un peu près 65.000 personnes y ont accès.

Dans le secteur privé, est-ce d’application ?

Pour l’instant, il n’y a pas de législations claires par rapport à cela. En réalité, il s’agit d’un concept assez nouveau venu avec l’utilisation des smartphones et de la connexion qui est de plus en plus présente dans les quotidiens.

Cette hyperconnexion avec le monde travail peut mener à du stress ainsi que miner le moral des troupes à long terme, ce qui fait qu’elle fait l’objet de réflexion.

Cependant, elle n’est pas toujours négative. Dans certaines PME, cela fait pleinement partie de la culture d’entreprise d’échanger après les journées de travail ou demander un dossier urgent pour le bien de l’entreprise.

Getty Images

Qu’en pensent les employeurs ?

Les employeurs sont assez favorables, dans la majorité, à ce droit tant qu’il y a une certaine souplesse. En effet, si on parle de droit à la déconnexion automatiquement le droit à la connexion est entraînée.

Actuellement, il y a une tolérance de la part des employeurs ; le travailleur a le droit de pouvoir jeter un coup d’œil, durant ces heures de travail, à ses messages privés ou autres. Donc, s’il y a un droit à la déconnexion il faudrait envisager que l’employé soit constamment actif durant les heures de travail parce qu’après, son patron ne pourra plus faire appel à lui… C’est une sorte de contrepartie.

Loin de prendre ces 2 notions comme des dogmes, pour l’instant, le tout réside dans la confiance et le respect de la vie d’autrui. Si chacun reste correct par rapport à l’autre en ce qui concerne ses tâches et devoirs, sans tomber dans l’abus, il y a des chances que des accords soient trouvés.

Le télétravail, l’élément qui rend cette rupture complexe.

La différenciation entre la vie professionnelle et la privée est de plus en plus complexe avec l’intervention du télétravail. La frontière devient très fine… Il faut donc trouver le juste équilibre.

Getty image

Retrouvez les dernières infos économiques et pour les indépendants avec Thierry Evens, et bien d’autres chroniques dans Le 6-8 en semaine sur la Une.

Sur le même sujet

De plus en plus d'absentéisme dû au stress dans l'administration fédérale: la ministre De Sutter prône la déconnexion après le travail

Belgique

Comment se réchauffer quand il fait froid ?

Le 6/8

Articles recommandés pour vous