Monde

Le "flight tracking" des jets privés des stars et milliardaires, nouveau révélateur de l’injustice climatique

Jets privés : des trajets visibles publiquement

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

19 août 2022 à 15:07 - mise à jour 19 août 2022 à 16:08Temps de lecture4 min
Par Alice Dulczewski

"Et vous partez comment en vacances ? En train ? En avion ?" De nombreux vacanciers redoutent d’avoir à répondre à cette question tant le fait de prendre l’avion est devenu synonyme de rejet de pollution facile et (souvent) évitable. Au point que le mot suédois 'Flygskam' (ou flight shame, honte de l’avion) est devenu un mot "tendance" de 2019. Dans ce contexte, et alors que les conséquences du changement climatique (sécheresse, inondations, incendies) se font particulièrement visibles, il n’est pas très difficile de comprendre pourquoi les multiples trajets en jets privés de certaines célébrités déchaînent les passions. D’autant qu’il ne s’agit pas de cas isolés.

Des données accessibles au public

"Tu veux prendre le mien ou le tien ?" Mi-juillet, la légende d’une photo Instagram de l’influenceuse et femme d’affaires Kylie Jenner a provoqué un tollé. Sur l’image, on la voit sur un tarmac d’aéroport en compagnie de Travis Scott. A leur droite, un jet privé, à leur gauche, un autre jet privé. Si la publication a particulièrement choqué les internautes, c’est parce que le couple a utilisé ce jet privé pour faire un trajet de seulement 65 kilomètres, soit environ la distance entre Bruxelles et Namur.

Ce trajet d’à peine 17 minutes a été traqué par le compte Twitter @Celebjets, qui répertorie les allées et venues aériennes de nombreuses célébrités et milliardaires, sur base de données accessibles au public. La loi américaine exige en effet que les avions se trouvant dans certaines zones soient équipés du système par satellite ADS-B et celui-ci envoie périodiquement la position de l’appareil par radio aux contrôleurs aériens. Ces informations sont ensuite répertoriées sur des sites de suivi de vols accessible au public comme ADS-B Exchange ou Flightradar24. Sur base de ces infos, le jeune Jack Sweeney, 20 ans, a réussi à identifier les jets de nombreuses personnalités et à automatiser leur traçage sur le compte Twitter @Celebjets.

8293 tonnes de CO2 émis par le jet privé de Taylor Swift cette année

Loading...

Elon Musk, Oprah Winfrey Steven Spielberg… L’affection de nombreuses personnalités pour les vols en jet privé - parfois pour de très courtes distances – a été épinglée. Fin juillet, une agence de marketing digital a même publié une liste des célébrités les plus friandes ce type de vols. A la tête de ce classement, on retrouve la chanteuse américaine Taylor Swift qui a effectué pas moins de 170 vols depuis le début de l’année 2022. Cela équivaut à pas moins de 8293 tonnes d’émissions de CO2 en sept mois. En comparaison, un Américain moyen en émet 15 tonnes par an, un Belge en émet 8 tonnes. 

1% de la population responsable de 50% des émissions

Derrière ces publications de plans de vol, c’est donc le concept d’injustice climatique qui est mis en exergue ici. On le sait, il existe déjà à la base d’énormes différences entre les citoyens des différents pays. Un habitant du Burundi émet ainsi en moyenne 0,1 tonne de CO2 par an, contre environ 20 tonnes pour un habitant des Emirats arabes unis. Mais ici, la publication de ces trajets accompagnés de leur équivalent carbone vient encore souligner le fait que certains privilégiés font exploser les compteurs.

Cette pratique de suivre à la loupe toutes les escapades de certaines grosses fortunes stigmatiserait-elle peut-être un peu trop facilement les riches ?  Selon l’ONG Transport & Environnement, il y a de quoi. En effet, à cause de ces virées privées, 1% de la population serait responsable de 50% des émissions émises par le secteur de l’aviation. Rappelons que si l'on veut que les Accords de Paris soient respectés, il faudrait descendre à 2 tonnes de CO2 par habitant d'ici 2050. 

Une industrie en expansion

La réponse de certaines célébrités – comme Taylor Swift – a été de dire que leur jet privé n’était pas systématiquement utilisé par eux, qu’il était parfois prêté à des proches ou qu’il volait certaines fois à vide pour être déplacé dans un autre aéroport. Mais ces justifications n’ont pas su convaincre car c’est l’utilisation jugée abusive de ce mode de transport extrêmement polluant qui est pointée du doigt.

© Gettyimages

Il faut dire que depuis le début de la pandémie, l’industrie de l’aviation privée a connu une croissance record. Selon le Wall Street Journal, les vols mensuels de jets privés ont bondi de 30% depuis 2019. "Je travaille dans ce secteur depuis ces 10 dernières années et je n’ai jamais vu un tel engouement pour les jets privés", témoigne d’ailleurs le directeur d’une entreprise qui organise des vols de jet privé.

Les célébrités et personnalités richissimes bien connues sont seulement la pointe de l’iceberg. Puisqu’à côté d’eux, il y a tout un tas de passagers bien plus discrets. "Il y a ceux que les cryptomonnaies ont enrichis, les familles qui vont s’isoler sur leur plage privée…" écrit le Wall Street Journal, "ces voyageurs louent des jets privés à des tarifs allant de 3000 à 1000 dollars de l’heure".

Loading...

Le débat autour des jets privés concerne aussi l’Europe. En France, tous les vols du milliardaire Bernard Arnault – première fortune du pays – sont ainsi répertoriés sur le compte Twitter @LaviondeBernard. Mais serait-ce un cas isolé ? Non. D’après un récent rapport de l’ONG Transport & Environment, environ 10% des avions qui décollent de France sont des jets privés. Selon l’ONG Transport & Environment, les jets privés sont pourtant dix fois plus polluants que les vols commerciaux. Ils émettent en effet en moyenne deux tonnes de CO2 par heure. C’est beaucoup, sachant que, pour rappel, un Belge en émet en moyenne huit tonnes par année. Pour toutes ces raisons, l’ONG Transport & Environnement demande aux autorités d’agir, en interdisant notamment d’ici 2030 tout jet privé consommant des combustibles fossiles.

De son côté, le jeune Jack Sweeney continue en tout cas d’alimenter son compte Twitter @Celebjets. Depuis, il en a même créé un autre consacré exclusivement aux vols en jet privé du milliardaire Elon Musk, qui a déjà plus de 454.000 abonnés. Sa démarche a par ailleurs inspiré le compte @YachtCO2tacker qui suit la production de CO2 de plusieurs yachts de luxe.

Le débat est lancé mais aura-t-il un impact réel ? Contacté par la RTBF, l'un des créateurs du compte @LaviondeBernard explique que "depuis que nous avons montré l'utilisation abusive du jet de LVMH, Bernard Arnault ne l'utilise plus. Mais il utilise un jet de location pour pouvoir continuer à polluer incognito." Il espère toutefois que ces publications pourront aider à faire bouger les choses au niveau politique et que "les gouvernements prendront des mesures pour taxer fortement, limiter voire interdire les jets privés".

Loading...

Sur le même sujet

Jets privés, avions d’affaires : quel est leur poids en Belgique et qu’en est-il de leur taxation ?

Belgique

Les vols en jets privés en Europe ont augmenté d'un tiers ces derniers mois

Monde Europe

Articles recommandés pour vous