RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le gouvernement Vivaldi veut 80% de taux d’emploi d’ici 2030, mais quelle est la situation actuelle ?

09 sept. 2021 à 13:47Temps de lecture3 min
Par Aubry Touriel

"D’ici 2030, l’objectif consiste à atteindre un taux d’emploi de 80%", voici l’engagement ancré dans l’accord du gouvernement Vivaldi. Taux de chômage, taux d’emploi, nombre d’invalides… quelle est la situation actuelle du marché de l’emploi ?

Après la proposition de la ministre Lalieux sur les pensions, le ministre fédéral Pierre-Yves Dermagne (PS) s’est lancé dans sa conférence sur l’emploi. Objectif ? Amorcer les travaux en vue d’une réforme du marché du travail pour in fine aboutir à des mesures concrètes pour atteindre un taux d’emploi de 80% en Belgique d’ici 2030.

Début 2021 : 69% de taux d’emploi

Au premier trimestre de 2021, le taux d’emploi pour les 20-64 ans s’élevait à 69% en Belgique, selon les données Statbel. Par taux d’emploi, on entend le rapport entre la population en âge de travailler et le nombre de personnes qui ont effectivement un emploi. Ce chiffre donne une idée de la participation effective à l’emploi d’une population qui pourrait potentiellement travailler.

Le taux d’emploi des 20-64 ans varie d’ailleurs fortement entre les régions : la Flandre affiche un taux de 74%, contre 62,9% en Wallonie et 60,4% dans la région bruxelloise. La ministre flamande de l’Économie Hilde Crevits (CD&V) plaide dès lors pour une approche adaptée aux réalités de chaque région. Elle a mis sur la table 29 propositions concrètes pour mieux aligner la politique fédérale sur la Flandre.

Elle préconise notamment des "accords asymétriques", par lesquels le gouvernement fédéral conclut des accords séparés avec le gouvernement flamand. Il s’agit notamment de l’échange d’informations sur les malades de longue durée, la formation des demandeurs d’emploi et les modalités de congé.

Loading...

Il n’y a cependant pas que le taux d’emploi à prendre en compte pour évaluer le marché du travail: le taux de chômage s'élève à 6,7% lors du premier trimestre 2021 (contre 7,8% au premier trimestre 2017). Ici, aussi, les différences entre les trois régions sont marquantes : la Flandre atteint le plein-emploi avec 4,3% alors que la Wallonie enregistre un taux de 9,5% et Bruxelles arrive en queue de peloton avec 13,1%.

Loading...

En comparant le taux d’emploi par catégories d’âge, on constate que les personnes âgées entre 55 et 64 ans sont moins actives que les personnes entre 25 et 54 ans. Les personnes de plus de 55 ans qui se retrouvent au chômage ont en effet souvent des difficultés à retrouver un emploi. Leurs années d’expérience sont souvent synonymes de coûts plus élevés pour les entreprises et ces dernières préfèrent alors la jeune concurrence, moins chère.


►►► À lire aussi : Trouver un emploi à 50 ans, c’est possible : voici les bons conseils d’Actiris


L’économiste Philippe Defeyt de l’Institut pour un Développement Durable explique aussi qu’environ 60% des chômeurs entre 55 et 64 ans sont au chômage depuis plus de 5 ans. "Sans vouloir les abandonner, il vaut peut-être mieux, dans un premier temps en tout cas, s’intéresser aux chômeurs âgés qui le sont depuis peu et étudier pourquoi et comment des milliers de chômeurs de 55-64 ans retrouvent aujourd’hui déjà un job", propose-t-il.

Loading...

Plus d’invalides que de chômeurs

Un facteur à ne pas oublier pour mieux comprendre le marché du travail est le nombre de personnes en période d’invalidité. Selon les données de l’Institut national d’assurance maladie invalidité (Inami), le nombre de personnes en incapacité de travail pendant plus d’un an a augmenté de plus de 16% entre le 31 décembre 2017 et le 31 décembre 2020.

Par "période d’invalidité", l’Inami comprend les travailleurs salariés du secteur privé, les travailleurs indépendants et les chômeurs en incapacité de travail depuis plus d’un an qui sont reconnus invalides par le Conseil médical de l’invalidité.

C’est dans ce contexte que le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit) a proposé au gouvernement fédéral de recruter soixante coachs qui guideront étape par étape les malades de longue durée vers le chemin du travail. Ce plan a déjà été approuvé par le Conseil des ministres.

Loading...

Une étude de Randstad Research publiée en mars indiquait par ailleurs que la progression du taux de malades et d’invalides a bien plus augmenté en Belgique au cours des 10 dernières années que dans le reste de l’Europe.


►►► À lire aussi : La Belgique compte bien plus d’inactifs invalides que la moyenne européenne


Selon l’étude, cette augmentation ne s’expliquerait pas par le vieillissement de la population, les vases communicants entre régimes de chômage et de maladie invalidité ou l’évolution des conditions de travail.

L’augmentation de la part de malades et d’invalides ne serait pas non plus une conséquence de la politique d’activation plus ferme du régime de chômage, peut-on lire dans l'étude : "En Europe, le chômage a diminué nettement plus fort que la part de malades et invalides n’a augmenté. […] Si en Belgique, le glissement du chômage vers l’inactivité était supérieur à la moyenne, les causes sont donc essentiellement internes à notre institution. Le plus probable étant que les autres pays ont mieux contrôlé la fonction garde-fou du régime de maladie invalidité que la Belgique."

Sur le même sujet

"Les chômeurs de longue durée, c’est notre grand défi à Bruxelles" selon Cristina Amboldi, directrice d’Actiris

Belgique

De plus en plus de nouveaux emplois créés servent à remplacer les travailleurs malades

Belgique