Le Gouvernement wallon lance son appel à projets pour les fonds structurels européens

Ces aides européennes seront notamment dédiées à la recherche et à l'innovation

© Flickr-tec_estromberg

14 mars 2014 à 13:18Temps de lecture1 min
Par saha

Il s'agit d'une grosse enveloppe européenne à laquelle s’ajoutent des subsides régionaux. En tout, c’est une manne de plus de 2,5 milliards d’euros qui sera distribuée d’ici 2020. Revitalisation urbaine, recherche et innovation, formation et enseignement, soutien aux entreprises,... ces aides européennes et ces subsides régionaux visent un même objectif : la relance, le redéploiement; bref : la sortie de crise.

Le professeur Giuseppe Pagano est un spécialiste des finances publiques, expert auprès du Gouvernement régional. Selon lui, la Wallonie doit utiliser cette énorme manne avant tout pour augmenter ses capacités de production : "Cette capacité est beaucoup plus faible que la Flandre par exemple, c’est ça qui est la source de nos problèmes".

Un redressement wallon qui pour lui doit passer avant tout par la santé des grandes villes. Charleroi et Liège sans oublier Namur : "L’idée est de concentrer les moyens autour de ces deux grandes métropoles avec le cas particulier de Namur qui est évidemment beaucoup plus petite que Liège et Charleroi, c’est à peu près la moitié de la taille, mais en même temps qui joue un rôle particulier parce que c’est la capitale de la Wallonie, une ville à grand potentiel de développement".

Mais pour obtenir des résultats, il faudra tirer les leçons du passé et des précédents programmes d’aide principalement axés sur le Hainaut : "C’est vrai que le phénomène de rattrapage que l’on espérait est encore très timide, il n’est pratiquement pas perceptible dans les chiffres".

Les projets qui seront retenus devront faire passer la Wallonie du statut de région en transition à celui de région riche. En cas d'échec, le risque est de devenir une région pauvre.

Rudy Hermans

Inscrivez-vous à la newsletter LaPremière!

Info, culture et impertinence au menu de la newsletter de La Première envoyée chaque vendredi matin.

Sur le même sujet