Moteurs Formule 1

Le GP de Belgique en danger, "Il faut trouver le juste milieu entre les circuits mythiques et ceux 'pour le show'"

Les 100 ans du circuit de Spa-Francorchamps

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’avenir du Grand Prix de Belgique de Formule 1 est, une nouvelle fois, en question. Le tracé est somptueux, mythique, adoré de tous, mais certains choix commerciaux de la F1 mènent vers d’autres pistes. Le refrain des pilotes est régulièrement favorable au toboggan spadois.

"Depuis ma plus tendre enfance, je regarde des courses sur ce circuit. Je suis venu ici à six ans, c'est le premier Grand Prix auquel j'ai assisté. Je me rappelle de l'atmosphère. Spa-Francorchamps fait partie de l'histoire de la F1. C'est difficile de mettre cette histoire sur le côté je trouve et ainsi perdre Spa ou d'autres courses. C'est évident qu'il s'agit d'un business. Certains lieux s'ajoutent donc, comme peut-être bientôt l'Afrique. Il faut garder des vieux tracés, Spa est un des meilleurs au monde. Ca serait extrêmement dommage de le perdre", confesse Lewis Hamilton (Mercedes) à notre micro.

"C'est un de mes tracés préférés. J'espère qu'on le verra encore durant les prochaines saisons. D'un point de vue de pilote,  c'est un des plus beaux tracés de la saison. J'y prends beaucoup de plaisir, nous glisse lui Pierre Gasly (AlphaTauri) ce jeudi après-midi. C'est difficile à décrire. C'est un des plus longs de la saison, ce sont des virages atypiques. Il y a beaucoup de rythme. Il se passe beaucoup de choses au niveau des dépassements. Vous avez aussi le Raidillon puis une longue ligne droite. C'est tellement long, on a l'impression d'être dans un tunnel. C'est un état d'esprit particulier. Je l'adore."

"On pourrait peut-être demander l'avis des fans"

Ajouter des destinations, oui. Dénaturer le calendrier, non. "C'est sûr qu'il faut trouver le juste milieu entre les circuits mythiques et les circuits 'pour le show'. Je suis déçu de ne pas avoir un Grand Prix de France en 2023. Monaco et Spa-Francorchamps sont en danger. Ce sont des tracés que j'apprécie énormément. En tant que pilotes, on exprime notre avis mais il existe des enjeux au-delà de notre contrôle. Il faut laisser les décisions à la F1 et à l'organisation. J'espère qu'on arrivera à trouver le juste milieu. Sur cette saison, il n'y a rien à dire. Ca a été un beau calendrier", avoue Gasly.

Spa, un circuit affectionné également par Sebastian Vettel (Aston Martin), un autre ancien champion du monde (comme Hamilton) : "C'est un très long tracé. Ca monte et ça descend, beaucoup plus que ce qu'on peut voir à la télévision. Il faut prendre du temps pour bien comprendre le circuit et trouver le bon rythme entre les virages et les longues lignes droites. Vous êtes sans cesse à la limite de la voiture. Le tracé couvre différents aspects à lui seul."

Le pilote allemand émet, pour conclure, une hypothèse pour l'avenir. "C'est excitant de découvrir des nouveaux circuits. Il y a un équilibre à trouver. Ce sont les fans qui décident car, sans eux, il n'y aurait pas de course. La F1 serait morte très rapidement sinon. Si la F1 est plus populaire, vous pouvez générer plus de revenus, je le comprends bien. Mais l'argent ne fait pas tout. Il y a plusieurs points qui entrent en ligne de compte, le choix n'est pas facile à effectuer. On pourrait peut-être leur demander leur avis. Perdre Spa, ce serait tragique. Pour les fans, pour les pilotes, pour l'histoire de la F1", conclut Vettel à notre micro.

Stéphane De Groodt, adorateur de Spa-Francorchamps : "Il y a la NASA avec les fusées... et il y a la F1 à Spa !"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

F1 Belgique : Charles Leclerc
F1 Belgique : Charles Leclerc © Tous droits réservés

Articles recommandés pour vous