RTBFPasser au contenu
Rechercher

Psychologie

Le "hangxiety" ou la déprime post-gueule de bois

Le "hangxiety" ou la déprime post-gueule de bois.
21 févr. 2022 à 17:00Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Les boîtes de nuit ont rouvert leurs portes, les concerts debout sont de nouveau autorisés. L'alcool risque donc de nouveau couler à flots et la gueule de bois risque de pointer le bout de son nez. Mais au-delà des désagréments physiques bien connus ressentis au lendemain d'excès alcoolisés, il est un autre mal qu'il faudra guetter sérieusement : le "hangxiety".

Moins de dopamine, plus de cortisol : le coup de blues lié aux hormones

Contraction des termes anglophones "hang over" ("gueule de bois") et "anxiety" ("anxiété"), l'"hangxiety" désigne le fait de ressentir les effets physiques liés à la gueule de bois (maux de tête ou de ventre, nausées, fatigue...) doublés d'un mal-être psychologique. Un phénomène qui peut se manifester de manière ponctuelle ou plus régulière dans la mesure où il peut être lié à plusieurs facteurs.

La raison la plus courante (et aussi la plus évidente) est liée à une sécrétion généralement réduite de dopamine. Surnommée "hormone du bonheur", cette substance chimique fabriquée par les neurones régule notre niveau d'anxiété.

Plus l'abus d'alcool a été important, plus la chute de dopamine risque d'être élevée, ce qui peut entraîner un sentiment d'angoisse.

Le cortisol peut également jouer un rôle dans la manifestation de l'hangxiety. Contrairement à la dopamine, cette hormone, associée à la régulation des glucides, peut augmenter le stress si elle est sécrétée en trop grandes quantités. Or une consommation excessive d'alcool va entraîner une surproduction de cortisol et risque donc de conduire à du stress et/ou de l'anxiété. 

Les anxieux chroniques plus fréquemment touchés

À cela, s'ajoute la culpabilité de rester inactif au lendemain d'une soirée arrosée et de manquer à ses responsabilités : rater un déjeuner dominical en famille, ne pas réussir à s'occuper de ses enfants, voire zapper une réunion de travail importante si vous n'avez pas pu résister à la tentation de faire la bamboche et que vous êtes rentré un peu - ou beaucoup - plus tard que prévu !

Nous ne sommes toutefois pas tous égaux face à l'hangxiety. Si certaines personnes ne vont jamais (ou presque) le ressentir, d'autres vont au contraire le subir souvent. C'est notamment le cas des personnes au tempérament angoissé ou en proie à des difficultés représentant des sources d'angoisse. L'idée de "boire pour oublier" est donc à oublier pour celles et ceux qui se reconnaîtront dans cette description ! 

Mais que l'on soit particulièrement exposé ou non, les conseils pour échapper à l'hangxiety restent globalement les mêmes pour tout le monde : s'hydrater, dormir ou encore méditer pour chasser ses angoisses. Et, naturellement, boire avec modération.

Sur le même sujet

Faut-il augmenter le prix de l’alcool pour qu’il soit inaccessible aux jeunes ?

C'est vous qui le dites

"Après un an de binge drinking, le cerveau est durablement moins efficace"

Tendances Première

Articles recommandés pour vous