Le Japon confie à Mitsubishi la maîtrise du programme d'un nouvel avion de combat

Le Japon confie à Mitsubishi la maîtrise du programme d’un nouvel avion de combat

© ROSLAN RAHMAN - AFP

04 nov. 2020 à 18:26Temps de lecture1 min
Par Belga

Le Japon a confié au conglomérat national Mitsubishi Heavy Industries (MHI) le soin de développer un nouvel avion de combat furtif que le gouvernement de Tokyo espère voir rentrer en service vers 2035, un programme qui pourrait atteindre les 40 milliards de dollars, a rapporté la presse nippone.

"Nous avons attribué le principal contrat à Mitsubishi Heavy", a affirmé un porte-parole du ministère japonais de la Défense après la décision prise vendredi par le gouvernement du Premier ministre Yoshihide Suga.

Le futur avion de combat nippon, furtif et de sixième génération, doit remplacer les chasseurs F-2, une copie un peu gonflée du F-16 du groupe américain Lockheed Martin déjà construite par Mitsubishi, à partir de 2035.

Le programme a été baptisé F-X et devrait impliquer, outre MHI comme maître d’oeuvre, des partenaires industriels étrangers, qui devraient être choisis d’ici la fin de l’année.

Son nom : Tempest

Les partenaires envisagés sont Lockheed Martin et le groupe britannique BAE Systems. Ce dernier travaille sur un nouvel avion de combat, déjà baptisé Tempest – du nom d’un chasseur de la Seconde Guerre mondiale – qui associe le motoriste Rolls-Royce, le groupe italien Leonardo et le fabricant européen de missiles MBDA.

Cet appareil doit remplacer vers 2035 les Eurofighter en service au sein de la Royal Air Force (RAF) britannique et de la force aérienne italienne.

MHI assure pour sa part déjà l’assemblage des chasseurs furtifs F-35 de Lockheed Martin dans son usine de Nagoya (centre). Le Japon a décidé d’acquérir 105 F-35A (la version à décollage et atterrissage classique) au total au cours de la prochaine décennie et 42 F35-B, capables de décoller et de se poser sur de courtes distances, voire verticalement

Le ministère japonais de la Défense a dévoilé fin septembre un nouveau budget record équivalent à 52 milliards de dollars, alors que l’archipel nippon est confronté à la menace nord-coréenne et aux ambitions régionales grandissantes de la Chine. Le ministère va demander au Parlement de voter ce budget de 5490 milliards de yens (44,4 milliards d’euros) pour le prochain exercice fiscal démarrant le 1er avril 2021.

Articles recommandés pour vous