Littérature

Le livre audio, une pratique de lecture qui se démocratise

Un Français sur cinq écoute des livres audio plus ou moins régulièrement.

© Photographie Jacob Lund / Shutterstock

10 sept. 2022 à 13:41Temps de lecture1 min
Par AFP

Les histoires s’écoutent désormais autant qu’elles se lisent grâce aux livres audio. Si les Français ont longtemps été réfractaires à ce format de lecture, il rencontre de plus en plus de succès.

La start-up Gleeph a interrogé 600 de ses utilisateurs sur le rapport qu’ils entretiennent avec les livres "parlés". Elle a constaté qu’un Français sur cinq en écoute plus ou moins régulièrement. Les lecteurs se laissent séduire par ces livres sans pages pour de multiples raisons.

La première concerne le fait que ce format dématérialisé peut être consommé à tout moment depuis son téléphone ou sa liseuse. L’écoute se fait chez soi, dans son salon, dans son lit, mais aussi beaucoup dans les transports. Autre avantage : le son permet de se consacrer à autre chose, sans perdre le fil de la narration.

La voix est aussi un critère déterminant pour les audio-lecteurs. Ils accordent beaucoup d’importance à la qualité des enregistrements qu’ils écoutent. La raison ? Le format audio ressuscite un peu la magie des histoires d’enfance que nos parents nous lisaient à l’heure du coucher. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que de nombreux lecteurs écoutent un extrait du livre audio qui leur plaît, avant de passer, ou non, à l’achat.

Malgré cela, des freins continuent d’entraver le développement des livres à écouter. Ils représentent encore un marché de niche dans le secteur de l’édition. Beaucoup de consommateurs jugent l’offre restreinte à cause du manque de visibilité des livres audio dans les points de vente, physiques ou virtuels.

L’attachement au livre en tant qu’objet physique empêche aussi certains lecteurs de sauter le pas. Près de sept Français sur dix déclarent préférer le papier aux alternatives audio ou numériques, selon l’enquête de Gleeph. Ce sentiment est étonnamment très marqué chez les 18-34 ans, même si on dit souvent qu’ils se détournent de la lecture au profit des écrans.

Toutefois, les amateurs de littérature ne demandent qu’à changer leurs habitudes. Un tiers des personnes qui n’écoutent pas de livres audio pourraient se laisser tenter si l’occasion se présente.

Articles recommandés pour vous