Football

Le LOSC retrouve le trône 10 ans après : les 4 clés du titre lillois

Le LOSC, champion pour la 4e fois de son histoire.

© AFP or licensors

24 mai 2021 à 06:35Temps de lecture5 min
Par Arthur Gosset

Ce 23 mai 2021, Lille a décroché son quatrième titre de champion de France. Il fallait remonter à 2011 et la première grosse saison chez les pros d’Eden Hazard pour voir les Lillois décrocher ce fameux sacre.

À l’heure du bilan d’une saison tout simplement exceptionnelle des Dogues, nous retiendrons quatre clés principales du succès du LOSC.

Christophe Galtier, le stratège à la mode

Christophe Galtier n’est pas certain d’être encore au LOSC la saison prochaine.
Christophe Galtier n’est pas certain d’être encore au LOSC la saison prochaine. © AFP or licensors

"Il y a Didier Deschamps, il y a Zinédine Zidane et il y a Christophe Galtier." Cette phrase de Bixente Lizarazu, à la mi-février, sur Téléfoot, reflète bien la pensée générale en France. Le Lillois s’est véritablement installé comme l’un des meilleurs entraîneurs français, celui dont on loue les résultats, le jeu ainsi que l’aptitude à manager et à tirer le meilleur d’un groupe.

Le natif de Marseille a réussi partout où il est passé. D’abord passé en tant qu’assistant, notamment, à Marseille, Lyon et Saint-Etienne, Galtier a obtenu la confiance des dirigeants verts en décembre 2009. Dans le Forez, il a ramené les Stéphanois dans le haut du tableau, en terminant cinquième de Ligue 1 en 2013 et quatrième en 2014. Il a également obtenu le dernier trophée de l’ASSE avec la Coupe de la Ligue en 2013. Au LOSC, l’ex-joueur de l’Olympique de Marseille est arrivé alors que l’équipe entraînée par Marcelo Bielsa était au bord de la relégation. Depuis, il a mené les Dogues à la deuxième place en championnat en 2019 et à la quatrième la suivante.

Cette saison, les Lillois ont toujours été dans le haut du tableau. Ils n’ont jamais quitté le top 3, sauf en tout début de saison. Le club était en tête du championnat français depuis le 31 janvier, excepté lors de la 30e journée de Ligue 1 suite à leur défaite à domicile face à Nimes (1-2). Ils ont également réalisé une très belle campagne européenne avec, en point de mire, un magnifique exploit à San Siro. Ce jour-là, les hommes de Galtier ont littéralement mangé l’AC Milan en s’imposant 0-3 avec un triplé de Yusuf Yazici. Quelques semaines plus tard, en 16e de finale, ils tombaient sur un Ajax Amsterdam trop fort pour eux (défaite 4-2 au cumul des deux rencontres).

L’entraîneur, pisté par Nice, fait toujours preuve de beaucoup d’humilité dans le succès en préférant mettre en avant ses joueurs plutôt que ses choix sportifs. Si ce titre est plus que jamais collectif, on ne peut pas oublier l’empreinte du T1, qui a su garder en éveil tout un groupe alors que, dans les coulisses du club, tout n’était pas toujours très facile, avec notamment le changement de propriétaire en plein milieu de la saison.

Un recrutement réussi

Luis Campos.
Luis Campos. © AFP or licensors

Lille a, ces dernières années, toujours eu le nez fin lors des mercatos. En matière de valorisation de ses joueurs, peu de clubs peuvent se targuer d’avoir vendu autant et si cher ces derniers temps. Les Osimhen, Pepe, Leao, Gabriel et Thiago Mendes sont les exemples parfaits des joueurs ayant participé aux succès récents des Lillois et revendus à prix (très) fort.

Un homme représente cette réussite : Luis Campos, l’ancien directeur sportif du club qui est parti au moment de la revente forcée de Gérard Lopez à la société Melvyn Partners. Sa méthode est spéciale mais ô combien efficace : pas de cellule de recrutement mais une base de données unique qui permet de rechercher des joueurs moins visibles aux yeux de la concurrence. Une chose est certaine : la recette fonctionne à merveille. "Il a prouvé, autant à Lille qu’à Monaco, son ancien club, qu’il avait la faculté de construire une équipe taillée pour jouer le titre", explique Joël Domenighetti, rédacteur en chef adjoint à L’Equipe. "C’est déjà un exploit en tant que tel de rivaliser avec le PSG, qui dispose de moyens bien plus conséquents."

Cette saison, le Portugais a encore fait fort. Les arrivées de Burak Yilmaz, Sven Botman et Jonathan David, de Gand, toutes des réussites, prouvent le succès de cette méthode "révolutionnaire" que tous les grands clubs européens envient (Campos est d’ailleurs annoncé comme futur consultant au Real Madrid). Une méthode qui n’aura certainement plus lieu d’être, le LOSC disposant maintenant d’une véritable cellule de recrutement.

Un noyau parfaitement équilibré

Une équipe sans stars.
Une équipe sans stars. © AFP or licensors

Contrairement au PSG, Lille n’a pas vraiment de stars dans son effectif. C’est avant tout un noyau uni et solidaire. L’équilibre de cette équipe s’approche de la perfection. Tactiquement, les Lillois n’ont jamais été dépassés cette saison. Le LOSC a montré dans les duels avec ses concurrents directs qu’il était très difficile à manier. Le 4-4-2 mis en place par Galtier est parfaitement compris par ses joueurs et empêche les adversaires de trouver des espaces. Lille met en place un pressing très intense afin de récupérer directement le ballon et pousser les adversaires vers leur propre but.

Du trio de tête (avec Paris et Monaco), les Dogues sont certainement l’équipe avec le noyau le plus équilibré. Défensivement, c’est du lourd. Dans le milieu de terrain, Renato Sanches excelle dans son rôle d’infiltreur et ses passes longues sont toujours très précises. Et offensivement, les statistiques de Yilmaz (16 buts, 5 assists), de Yazici (7 buts, 4 assists) et de David (12 buts, 5 assists) montrent que le danger peut venir de partout, sans dépendre d’un ou de deux joueurs, comme cela peut être le cas au Paris Saint-Germain.

Loading...

La meilleure défense d’Europe

Fonté, Maignan et Botman, des rocs.
Fonté, Maignan et Botman, des rocs. © BELGA/AFP

Lille n’a encaissé que 23 buts cette saison. Cette défense est tout simplement la référence dans ce domaine parmi les championnats majeurs, devants des équipes comme Manchester City (32 buts encaissés), leader en Premier League ou encore le Bayern Munich (44 buts concédés), champion d’Allemagne.

Mike Maignan a brillé dans les cages lilloises tout au long de la saison, avec 21 clean sheets en Ligue 1, soit deux de plus que tous les autres gardiens des 5 grands championnats européens d’après une étude de Stats Perform. Le duo en défense centrale, composé de José Fonte et de Sven Botman a aussi été solide toute la saison. Arrivé cet été dans le Nord, Botman a parfaitement réussi son adaptation et possède le plus grand temps de jeu cette saison, juste derrière le gardien français. Il est d’ailleurs courtisé par plusieurs clubs anglais (Liverpool et Manchester United, notamment).

José Fonte a lui fait parler toute son expérience en guidant également Celik ainsi que Reinildo et Bradaric, qui se disputent la place de latéral gauche. Il ne faut pas oublier le rôle de Benjamin André qui est une pièce maîtresse du système de jeu prôné par le coach français. L’ancien joueur du Stade Rennais est d’ailleurs celui qui a récupéré le plus de ballons cette saison.

Les Lillois parviendront-ils à rééditer cet exploit l’an prochain ? Rien n’est moins sûr. Le LOSC devrait perdre quelques joueurs très courtisés, comme Renato Sanchez, Mike Maignan ou Sven Botman. Il faudra également voir comment le club du président Létang gérera l’après-Luis Campos. Un défi difficile après autant de réussites sportives.

Articles recommandés pour vous