Sciences et Techno

Le metaverse : la ruée vers l’or 3.0

© CARLOS LARANJEIRA

03 févr. 2022 à 05:30 - mise à jour 03 févr. 2022 à 13:23Temps de lecture3 min
Par Kamel Azzouz

Dans un temps informatique lointain, le jeu vidéo "les Sims" nous permettait déjà de créer notre propre personnage (avatar), une vie, des activités et tout un monde. Désormais imaginez qu’il vous suffit d’enfiler vos lunettes de réalité augmentée pour visiter un hôtel, acheter des vêtements en ligne, ou encore assister dans un bureau numérique à une réunion professionnelle sous la forme d’avatar. Quand l’internet 2.0 se métamorphose en 3.0, c’est l’avènement du metaverse (métavers en français), des NFT et de ses microcosmes virtuels.

Avec vos lunettes de réalité augmentée, vous pouvez vous rendre dans les magasins sous la forme d’un avatar

Dorénavant au-delà de l’aspect ludique, la réalité virtuelle permet par exemple de promouvoir des artistes, d’acheter des objets, de faire du shopping, etc., dans un monde économique numérique. Le metaverse, c’est un univers virtuel dans lequel n’importe qui, n’importe où dans le monde peut interagir à travers un avatar.

Pixel passion, une entreprise montoise s’est spécialisée dans ce domaine plein d’avenir. Cette agence de marketing digital aide les sociétés et les artistes à créer leur espace numérique dans ce monde parallèle.

Son fondateur Fabio Lavalle, nous livre sa vision du metaverse : "Il faudrait imaginer ça comme un grand jeu vidéo. Dans le metaverse , on y va pour se divertir, visiter un showroom, une boutique, voir les œuvres d’un artiste, faire des achats, travailler, etc. Aujourd’hui quand on va sur un site, on scrolle par exemple une page pour découvrir une collection de produits ou de services. Le metaverse , c’est un petit peu le site internet 3. 0 qui permet de découvrir tout cela en 3 dimensions. Les grandes marques, comme Adidas, LVMH, Nike, H&M, Samsung et plein d’autres, sont déjà présentes dans le métavers. Avec vos lunettes de réalité augmentée, vous pouvez vous rendre dans leurs magasins sous la forme d’un avatar comme si vous y étiez. Vous pouvez aller voir virtuellement les collections et les acheter directement."

Une entreprise montoise à la conquête du metaverse

L’aspect économique n’étant pas absent, on y retrouve cryptomonnaie et des NFT. Ces derniers sont des objets virtuels auxquels un certificat d’authenticité est attaché, et qui garantit la propriété exclusive de ces actifs numériques. Cela peut-être une œuvre d’art, une photo, un sms, etc., bref absolument tout.

Avec son agence de marketing digital, Fabio Lavalle propose des services de metaverse et de NFT aux entreprises et aux artistes. En ce qui concerne les sociétés qui désirent se développer dans cet univers parallèle et prometteur, l’entrepreneur montois nous livre qu’il faut acheter un emplacement comme dans la vie réelle : "Si une entreprise souhaite acquérir une parcelle dans le metaverse pour développer un projet, on va l’accompagner dans cet achat et choisir le bon terrain, le bon emplacement. Parce que les terrains dans le metaverse , c’est un petit peu comme la vie réelle. Si vous achetez une parcelle à côté d’une grande place ou à côté d’un magasin célèbre dans votre ville, elle aura plus de valeur. Il y a des places qui sont stratégiques et donc plus chères parce que tout le monde va passer virtuellement. Ensuite, on va développer leur projet et les accompagner dans leur stratégie la communication."

107.000 euros pour un sms : le metaverse peut être une mine d’or

En décembre dernier, le premier sms de l’histoire de l’opérateur britannique Vodafone a été vendu sous forme de NFT pour la modique somme de 107.000 euros. Le premier tweet du fondateur de Twitter a été acheté pour 2,5 millions de dollars. Les œuvres d’art sont aussi prisées sous leur forme virtuelle

CARLOS LARANJEIRA

C’est pourquoi de nombreux artistes investissent également le metaverse pour y vendre leurs œuvres en mode numérique. Avec son agence, Fabio Lavalle accompagne quelques artistes bien connus dans le monde : "On a permis à un célèbre photographe bruxellois, Sébastien Nagy, de mettre quelques-unes de ses photos sur la blockchain et de les vendre. On a aussi un artiste qui s’appelle Carlos Laranjeira qui fait des caricatures très réalistes de personnes populaires comme Cristiano Ronaldo, Karim Benzema, Elon Musk, Richard Branson… Une collection de 60 personnages sera bientôt en ligne. Et on va faire en sorte en phase 2 que les caricatures soient utilisables par leur propriétaire en tant qu’avatar. Il ou elle pourra se retrouver dans le metaverse avec l’apparence de Cristiano Ronaldo. Précisons qu’à chaque fois que l’œuvre d’un artiste est revendue, celui-ci recevra des royalties lors de chaque transaction."

Alors que l’internet "classique" arrive à saturation en termes de grandes innovations, le metaverse semble annoncer une nouvelle ère numérique qui tisse sa toile sur un juteux marché.

Sur le même sujet

Le métavers est-il avenir de l’industrie musicale ?

Culture & Musique

70 marques présentes à la première fashion week dans le metaverse

Tipik - Pop Culture

Articles recommandés pour vous