Chroniques

Le MR est de plus en plus le parti de Georges Louis Bouchez

24 oct. 2022 à 06:24Temps de lecture3 min
Par Bertrand Henne

Le MR demandera la limitation des allocations de chômage dans le temps pour les prochaines élections. Un symbole idéologique qui ancre le parti à droite et ancre aussi le parti un peu plus dans l’ère Bouchez.

Un symbole

Dans son programme de 2019, le MR se contentait concernant le chômage de demander une dégressivité accrue des allocations, mais pas la limitation dans le temps. A l’époque Charles Michel s’y était opposé contre la N-VA. Le MR rejoint désormais l’Open VLD et la N-VA donc sur cette mesure : limiter à deux ans jusqu’à 55 ans.

C’est une mesure en grande partie symbolique. Beaucoup d’experts de l’emploi la considèrent comme très peu efficace dans la perspective de lutte contre l’inactivité. La plupart des chômeurs en fin de droits se retrouveront au CPAS, toucheront presque le même montant mais sans bénéficier de politiques d’activation. Le risque est donc grand qu’ils s’éloignent encore plus du marché de l’emploi.

C’est sans doute pour éviter en partie ce problème que le MR choisit de plafonner les aides sociales. Dans une formule technique et juridique qu’il faudra encore éclaircir l’idée est de se diriger vers une aide sociale unique au niveau du seuil de pauvreté. Le chiffre de 1200 euros pour un isolé a été cité. L’objectif est d’éviter le cumul de cette aide avec ce que le président du MR nomme les "autres aides". Vaste catégorie dans laquelle on retrouve le logement social ou le tarif social pour l’énergie par exemple. Le président du MR y voit l’embryon d’une allocation de base, ou allocation universelle.

Polariser

Ces propositions vont très certainement faire débat. C’est le but. Georges Louis Bouchez ne cherche pas tellement l’efficacité ou le pragmatisme mais il cherche à polariser, à identifier plus clairement la position du MR à droite.

On retrouve d’autres propositions marqueurs, comme l’inscription de l’orthodoxie budgétaire dans la constitution, à l’allemande. Autre idée : un bouclier fiscal limitant l’imposition globale à 50% comme prôné naguère par le modèle de Georges Louis Bouchez Nicolas Sarkozy. Des baisses d’impôt de 8 milliards d’euros sont aussi promises.

Classe moyenne et Père Fouettard

Cet ensemble est nommé “nouveau contrat social et fiscal”. Il est justifié dans le discours du président par “la défense des classes moyennes et populaires”. Les deux catégories étant déjà à la base très vague, il faut bien dire que cette super catégorie embrasse en réalité presque tout le champ électoral.

Dans la phrase suivante, le président semble se montrer plus précis : Les classes moyennes et populaires ce sont celles et ceux qui ne sont pas définies par un niveau de revenus mais par leur travail. Il évoque lui aussi la catégorie sarkozienne de ceux qui se lèvent tôt le matin.

Cette classe moyenne, qui pour Georges Louis Bouchez est attachée à certaines traditions et valeurs. Elle n’en peut plus des polémiques sur les sapins de Noël et les Pères Fouettard. Quelle que soit leur origine, leur religion, leur couleur de peau, ces personnes savent qu’on ne peut pas construire une société sans valeurs partagées. Ces repères qui forgent notre identité sont importants. Il faut arrêter les dérives wokistes et être fier de notre société.

Les gens qui se lèvent tôt le matin pour travailler et qui en ont marre des wokistes qui en veulent au père fouettard, voilà donc le portrait de la classe moyenne et populaire défendue par le MR.

La marque GLB

Georges Louis Bouchez soigne sa communication et son image. Il imprime de plus en plus sa marque. Objectif à peine avoué, la marque "MR" est petit à petit en train de devenir beaucoup moins forte que la marque "Georges Louis Bouchez" et cela rencontre de moins en moins de réticences internes.

Plusieurs signaux montrent que ses adversaires se résignent. Christine Defraigne jette l’éponge, Denis Ducarme a signé la paix des braves dans la presse en ajoutant qu’il ne demanderait même plus que le mandat du président soit remis comme prévu en 2023.  Enfin, concours de circonstance, Jean Luc Crucke va devoir déplacer son energie dans son combat contre le cancer.  Bref, l’horizon semble se dégager pour Georges Louis Bouchez qui chaque jour qui passe fait un peu plus du MR son parti.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous