Exposition - Musées

Le MSK de Gand fête ses 225 ans avec une exposition consacrée à Albert Baertsoen

© DR

L’an 2023 marquera le 225e anniversaire du plus ancien musée de Belgique, le Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK). Les célébrations qui dureront plusieurs mois débutent ce 2 septembre avec une exposition consacrée au "peintre de Gand" Albert Baertsoen (1866-1922).

Il s’agit de la première exposition dédiée au peintre impressionniste en 50 ans. Le dessinateur et graphiste quasi autodidacte a joué un rôle remarquable dans la fin de siècle de la vie artistique gantoise, belge et internationale, note le MSK. Il est depuis passé quelque peu au second plan, ce qui a motivé les commissaires de l’exposition.

Loading...

Albert Baertsoen était le fils de riches industriels possédant des usines textiles à Gand et à Waarschoot. Son père lui avait fait construire un studio à Gand. Plus tard, il aura sa propre péniche sur laquelle il naviguera entre autres en Flandre occidentale et aux Pays-Bas. Il disposait d’un vaste réseau de contacts avec James Ensor, Georges Rodenbach et Emile Claus, mais aussi avec Claude Monet. Les connaisseurs sont frappés par la perspective à partir de laquelle il peint et par le choix de ses sujets.

"Le peintre de l’ombre"

"Il ne va pas peindre les lieux touristiques", note Johan De Smet, co-curateur de l’exposition. "Il est aussi l’antithèse de Claus dans tous les domaines. Si Claus est le peintre de la lumière, Baertsoen est le peintre de l’ombre." Johan De Smet le qualifie de figure-relais entre le XIXe et le XXe siècle. "L’impressionnisme était terminé. Il était avant tout un 'pleinairiste'."

A la fin du XIXe siècle, "Albert Baertson était très préoccupé par la préservation des monuments et le malaise qui caractérisait la Fin de siècle", poursuit Johan De Smet. C’était également un peintre qui travaille de manière très lente.

Il faisait toujours des études et des croquis de ses œuvres au préalable. C’est pourquoi il n’a peint qu’environ 350 tableaux sur toute sa vie.

L’exposition se tiendra du 2 septembre au 27 novembre. Elle sera suivie, du 21 janvier au 23 avril 2023, de la première exposition monographique jamais consacrée au maître baroque Theodoor Rombouts (1597-1637).

Articles recommandés pour vous