RTBFPasser au contenu
Rechercher

Exposition - Accueil

Le Musée du Prado vous invite à découvrir un chef-d’œuvre grâce… à votre odorat

Le musée du Prado propose à ses visiteurs d’en savoir plus sur "Allégorie de l’odorat" de Peter Paul Rubens et Jan Brueghel l’Ancien, par le prisme de l’odorat.

Pour certains, se plonger dans une œuvre d’art est une véritable expérience sensorielle. A Madrid, le musée du Prado pousse l’immersion encore plus loin en invitant ses visiteurs à sentir un tableau de Peter Paul Rubens et Jan Brueghel l’Ancien.

Certains tableaux comme "Allégorie de l’odorat" de Peter Paul Rubens et Jan Brueghel l’Ancien suggèrent des parfums floraux si envoûtants que l’on pourrait se demander si les deux maîtres flamands n’auraient pas aimé qu’on puisse les sentir. C’est désormais chose possible au musée du Prado, dans le cadre de l’exposition "La esencia de un cuadro" ("L’Essence d’un tableau").

Le commissaire d’exposition Alejandro Vergara s’est associé au parfumeur Gregorio Sola pour créer dix fragrances renvoyant à des éléments du tableau de Peter Paul Rubens et Jan Brueghel l’Ancien. Le but ? Permettre aux visiteurs de découvrir "Allégorie de l’odorat" pas seulement par la vue, mais aussi par l’odorat. La société Puig, pour qui travaille Gregorio Sola, a installé des diffuseurs de parfum autour du tableau pour que l’on puisse s’imprégner des différentes odeurs suggérées par Peter Paul Rubens et Jan Brueghel l’Ancien.

Certaines sont particulièrement agréables. C’est le cas du parfum "Allégorie", qui incite les visiteurs à se concentrer sur le petit bouquet de fleurs que hume la femme en bas à droite du tableau de Peter Paul Rubens. Il est construit autour de la rose, du jasmin et de l’œillet. Les fragrances "Fig Tree" et "Orange Blossom" sont toutes aussi plaisantes. La première renvoie à l’odeur humide et rafraîchissante que l’on peut sentir à l’ombre d’un figuier par une journée d’été, tandis que la seconde s’appuie sur l’essence de néroli.

Des odeurs pas toujours très agréables

D’autres comme "Civet" risquent de prendre les visiteurs de l’exposition "The Essence of a Painting" plus au dépourvu. Ce mammifère au pelage gris tacheté de noir, que l’on peut voir dans le coin droit de "The Sense of Smell", est connu pour la substance qu’il sécrète pour marquer son territoire. Brute, l’odeur de la civette est fécale, forte et nauséabonde. Si elle est utilisée dans la fabrication de parfum, elle est beaucoup plus agréable.

Selon Artnet News, Alejandro Vergara a eu l’idée d’incorporer des odeurs dans l’exposition "La esencia de un cuadro" après avoir lu une lettre de l’un des mécènes de Jan Brueghel l’Ancien. Il lui disait que, lorsqu’il regardait les fleurs peintes par Brueghel en hiver, il avait l’impression de pouvoir les sentir. Un avis partagé par le conservateur du musée du Prado. "Son souci du détail, souvent miniaturiste, témoigne d’une sensibilité aiguë vis-à-vis des cinq sens. Tout ce que j’essayais de faire, c’était d’attirer l’attention sur le sentiment de joie que ces œuvres produisent en moi, en espérant que d’autres verront – et sentiront – cela aussi", a-t-il déclaré à la publication.

Exposición: La esencia de un cuadro. Una exposición olfativa 04/04/2022-03/07/2022

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le musée madrilène n’est pas le seul à incorporer l’odorat dans ses expositions. Le musée Mauritshuis de La Haye s’est appuyé sur ce sens pour monter "Smell the Art : Fleeting – Scents in Colour". A cette occasion, les visiteurs ont pu découvrir une cinquantaine de tableaux, dessins, gravures et objets qui leur ont permis de se plonger dans les odeurs caractéristiques du XVIIème siècle. Des diffuseurs de parfums ont été installés dans le musée pour qu’ils s’imprègnent des différentes odeurs représentées dans les œuvres d’art exposées. Qu’elles soient agréables comme une armoire à linge propre et la myrrhe, ou nauséabondes.

Sur le même sujet

Expo : portraits de femmes, des récits pour une histoire

Les Grenades

Que pensait-on savoir des hiéroglyphes égyptiens avant Champollion ? Le Grand Curtius revient, dans une exposition, sur 200 ans d’égyptologie scientifique

Exposition - Accueil

Articles recommandés pour vous