RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Le Namur Concert Hall peine à trouver son public

27 mai 2022 à 04:00Temps de lecture2 min
Par Simon Bériaux

Débuts délicats pour le Namur Concert Hall, la nouvelle salle de musique classique du Grand Manège. Si les concerts inauguraux affichaient complets, l’hiver aura été rude pour cet écrin de 800 places à l’acoustique exceptionnelle. Moins 40 pourcent de billets vendus au printemps 2022. Il s’agit d’une toute première saison, et elle fut rythmée par les mesures sanitaires… Pour autant, la salle – qui se consacre aux musiques classiques et anciennes – doit trouver son public.

Une première saison contrastée

Tous droits réservés

L’inauguration en septembre 2021 fut suivie de quelques événements soldout. L’hiver arrive ensuite, avec son cortège de mesures sanitaires. Au printemps, la reprise réserve une moins bonne surprise au directeur Jean-Marie Marchal et son équipe : 30 à 40 pourcent des sièges restent désormais vides. "J’avance plusieurs éléments. Notre public – souvent âgé – a été ballotté : concerts annulés, événements reportés… Pas très rassurant. Le coût de la vie augmente beaucoup ces derniers temps, et on sait que les dépenses culturelles passent à la trappe en premier. D’autre part, nous devons communiquer encore mieux. Les amateurs de musique classique ont l’habitude de se déplacer à Bruxelles ou à Liège pour assister à des concerts qui sont désormais proposés à Namur. Ceux qui viennent sont conquis, mais il en faudrait davantage."

Et de rappeler qu’au-delà de ce contexte particulier, le Namur Concert Hall vit sa première saison : "En lançant une nouvelle infrastructure comme celle-ci, personne ne s’attendait à faire le plein dès le premier concert ad vitam aeternam. C’est un projet qui se stabilise sur quatre ou cinq ans minimum. Tout ça ne se fait pas en deux coups de cuillère à pot, même dans des circonstances normales."

Conséquence directe de la trop faible fréquentation actuelle : l’annulation ou le report de certains concerts. Le différentiel entre le coût du plateau et la recette impose des sacrifices. "On doit adapter l’offre, renégocier avec les artistes, bref trouver des solutions pour faire baisser la pression sur les finances."

La location : une source de financement alternatif qui souffre d’un handicap

La salle de concert permet de recevoir 800 spectateurs, le foyer (photo) n’en accueille que 200. Un hiatus qui freine les locataires privés.
La salle de concert permet de recevoir 800 spectateurs, le foyer (photo) n’en accueille que 200. Un hiatus qui freine les locataires privés. B. Brone

En plus des concerts tout publics, les installations du Grand Manège "new-look" profitent à une série d’acteurs. Un certain nombre de collectivités publiques y ont accès de temps en temps. C’est le cas de la Ville de Namur par exemple. C’est également un lieu de résidence artistique. A cela s’ajoutent une série de missions pédagogiques. Ces activités inscrites dans le contrat de gestion n’ont pas vocation à remplir les caisses. Pour cela, il est prévu de louer à la salle à des organisateurs privés. Un "petit plus" nécessaire, et qui reste trop rare : le Namur Concert Hall est loué moins d’une fois par mois depuis septembre 2021. Jean-Marie Marchal : " notre infrastructure d’accueil (bar, etc.) ne permet pas de recevoir autant de monde que notre salle, qui fait plus de 700 places. Elle est également difficilement privatisable dans la mesure où nous la partageons avec le Conservatoire de Namur. Je dois bien avouer qu’il y a là un hiatus qui nous a déjà coûté pas mal d’argent… Des contrats n’ont pas pu aboutir pour ces raisons."

Des raisons de se réjouir

Le taux de remplissage insuffisant est l’ombre d’un tableau par ailleurs plutôt plaisant. La salle de concert est une réussite architecturale et acoustique. Les missions pédagogiques fonctionnent bien. De nombreuses classes en profitent avec enthousiasme. La cohabitation avec le Conservatoire de Namur est source d’enrichissement mutuel. Autant de jeunes oreilles qui pourraient revenir grossir les rangs du public dans un avenir pas si lointain.

Articles recommandés pour vous