RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Le nombre de phoques échoués morts a doublé l’an dernier en Belgique

Un phoque se repose sur la côte belge à Ostende, le 21 mars 2019.
18 juil. 2022 à 13:25Temps de lecture2 min
Par Estelle De Houck

Le nombre de phoques échoués morts en Belgique a doublé l’an dernier, passant à 100 en 2021 contre une moyenne de 44 au cours de la période 2018-2020. C’est ce qu’il ressort du dernier rapport sur les mammifères marins en Belgique, mené par l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, SeaLife Blankenberge et l’Université de Liège. Pour la plupart, ces phoques ont été noyés dans des filets de pêche.

Seuls des phoques et des marsouins communs se sont échoués sur les plages belges en 2021. Un contraste par rapport à 2020, lors de laquelle deux baleines à bec et un petit rorqual s’étaient retrouvés sur nos côtes.

Beaucoup de phoques échoués

Pour autant, l’année 2021 fut loin d’être "terne", comme l’explique le rapport sur les mammifères marins en Belgique, mené par l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, SeaLife Blankenberge et l’Université de Liège. "En effet, le nombre de phoques morts a doublé pour atteindre plus de 100, alors qu’il était presque constant au cours de la période 2018-2020 (44 en moyenne)", peut-on lire dans le compte rendu.

"Déterminer la cause du décès s’est avéré être un véritable défi", ajoute le rapport. Les causes de la mort les causes de la mort n’ont pu être déterminées que sur 89 phoques échoués. La raison principale de cette augmentation est la pêche, qui fait de nombreuses victimes parmi les animaux marins, et notamment les filets de pêche, qui s’entourent autour des têtes et des cous, finissant par asphyxier les animaux.

Une autre raison est l’accroissement de la population de phoques communs et de phoques gris dans les pays voisins.

Une photo d’illustration montre la libération d’un phoque à la côte belge à Blankenberge le jeudi 17 mars 2022.
Une photo d’illustration montre la libération d’un phoque à la côte belge à Blankenberge le jeudi 17 mars 2022. Belgaimage

Quid des marsouins ?

Du côté des marsouins, ils étaient 74 à s’échouer en Belgique l’an dernier, faisant de 2021 une année plutôt modérée. "Au cours de 10 des années depuis 2005, il y en a eu plus (plus de 100 même au cours de quatre années), et moins au cours des six années restantes", explique le rapport. A noter que 3000 marsouins auraient traversé nos eaux entre juin et septembre.

Le motif de décès de 30 marsouins a pu être déterminé : 15 sont devenus la proie de phoques gris – c’est un chiffre remarquable -, 12 sont morts de maladies infectieuses ou de faim, et enfin, trois se sont noyés dans des filets de pêche.

L’aquarium Sealife Blankenberge

Les phoques échoués mais vivants peuvent notamment être recueillis par l’aquarium SeaLife, situé au littoral. En 2021, huit phoques gris et dix phoques communs ont trouvé un nouvel habitat dans l’aquarium, souvent blessés par la corde en nylon d’un filet de pêche, par des déchets dans la mer (notamment des anneaux de caoutchouc), ou par des morsures d’origine inconnue.

A noter qu’en Belgique, les mammifères marins sont légalement protégés. L’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique est le service public responsable du suivi de ces populations. La recherche sur l’état de santé et des causes de décès font donc partie des obligations de l’Institut, inscrites dans des accords internationaux.

Sur le même sujet

Australie: 200 cétacés meurent échoués sur une plage

Environnement

Phoques, marsouins, baleines... : pourquoi ce nombre croissant d'échouages de mammifères marins sur nos côtes?

Environnement

Articles recommandés pour vous