Monde

Le Pakistan, vulnérable face au réchauffement climatique, déplore 1061 morts depuis le début de la mousson en juin

29 août 2022 à 06:13Temps de lecture4 min
Par AFP, édité par Africa Gordillo

Le sud du Pakistan, particulièrement touché par les inondations qui ont déjà fait plus de 1000 morts dans le pays, se prépare à un nouveau déluge dans les prochains jours, provoqué par les crues des rivières. Alimenté par des dizaines de rivières et de ruisseaux de montagne sortis de leur lit à la suite de pluies record et de la fonte des glaciers, l’Indus, fleuve qui traverse la province du Sindh dans le sud du pays, ne cesse de grossir.

Les inondations provoquées par les pluies de mousson commencées en juin ont fait au moins 1061 morts au Pakistan, selon le dernier bilan publié lundi par l’Autorité nationale de gestion des catastrophes. Selon la NDMA, 28 personnes sont décédées au cours des dernières 24 heures et les autorités tentent toujours d’atteindre des villages isolés situés dans des zones montagneuses au nord du pays, ce qui pourrait encore faire grimper le bilan.
 

Des torrents d’eau

"L’Indus est en pleine crue", confirme le responsable de l’imposant barrage datant de l’époque coloniale, situé près de la ville de Sukkur, où vivent quelque 500.000 habitants. Les vannes ont été ouvertes pour faire face à un débit de plus de 600.000 m3 par seconde, a précisé le responsable. Les autorités ont prévenu que des torrents d’eau devraient atteindre la province du Sindh dans les prochains jours, aggravant les difficultés de millions de personnes déjà touchées par les inondations.

Les responsables pakistanais attribuent ces intempéries dévastatrices au changement climatique, affirmant que le Pakistan subit les conséquences de pratiques environnementales irresponsables ailleurs dans le monde. Selon le dernier bilan de l’Autorité nationale de gestion des catastrophes publié dimanche, 1033 personnes ont été tuées par les pluies torrentielles, dont 119 ces dernières 24 heures.

Un Pakistanais sur sept touché

Plus de 33 millions de personnes – un Pakistanais sur sept – ont été touchées par ces intempéries et près d’un million de maisons ont été détruites ou gravement endommagées, selon le gouvernement.

Dans la province du Sindh, des dizaines de milliers d’habitants des zones rurales ont trouvé refuge sur les routes surélevées et les lignes de chemin de fer. Près de Sukkur, des tentes ont été dressées sur deux kilomètres pour accueillir les sinistrés qui continuaient d’arriver en bateau, chargés de lits en bois et de vaisselle, seuls biens qu’ils ont pu sauver.

L’eau a déjà envahi les rues de Sukkur en s’infiltrant à travers les murs des bâtiments qui bordent la route principale de Bandar le long du barrage. "La ville se trouve déjà un mètre en dessous du niveau du fleuve", a indiqué le ministre des Ressources en eau Syed Khursheed Shah.

Le barrage redistribue l’eau dans presque 10.000 kilomètres de canaux qui répartissent l’eau sur les terres agricoles mais qui, après des années de négligence, ne permettent plus de traiter les volumes records aujourd’hui enregistrés. "Le limon s’est accumulé et n’a pas pu être retiré", a expliqué le ministre, ajoutant qu’en raison d’un manque d’équipement, les canaux n’ont pas été dragués depuis 2010.

Des évacuations

Dans le nord du Pakistan, des milliers de personnes ont reçu l’ordre samedi d’évacuer leurs habitations. Des hélicoptères et des sauveteurs ont continué dimanche de mettre à l’abri les retardataires. "Nous avons dû secourir des enfants et des femmes", a expliqué depuis la vallée de Swatt un secouriste, Umar Rafiq, à l’AFP. Dans cette région, destination touristique populaire pour ses montagnes accidentées, de nombreuses rivières sont sorties de leur lit, démolissant des dizaines de bâtiments, dont un hôtel de 150 chambres qui s’est effondré dans un torrent déchaîné.

Déjà durement touché par les inondations de 2010, le propriétaire d’une maison d’hôtes, Nasir Khan, dit avoir tout perdu. "La partie du bâtiment épargnée il y a 12 ans a été engloutie par les eaux", a-t-il raconté à l’AFP. Ces intempéries sont comparables à celles de 2010, année au cours de laquelle 2000 personnes avaient été tuées et près d’un cinquième du pays submergé par les pluies de mousson qui tombent chaque année entre juin et septembre.

L’Inde et le dérèglement climatique

Le gouvernement a déclaré vendredi l’état d’urgence et mobilisé l’armée pour faire face à cette "catastrophe d’une rare ampleur", selon les termes de la ministre du Changement climatique Sherry Rehman. Le pays est particulièrement vulnérable au dérèglement climatique. Il figure en huitième position des pays les plus menacés par les phénomènes météorologiques extrêmes, selon une étude de l’ONG Germanwatch.

En outre, la corruption et des programmes d’urbanisme mal établis ont conduit à la construction de milliers de bâtiments dans des zones inondables.

Ces inondations surviennent au pire moment pour le Pakistan, dont l’économie s’effondre et qui connaît une profonde crise politique depuis l’éviction du Premier ministre Imran Khan en avril, à la suite d’une motion de censure à l’Assemblée nationale.

Si la capitale Islamabad et la ville voisine de plus de 2 millions d’habitants, Rawalpindi, ont échappé au pire, les premières conséquences se font déjà sentir : "les approvisionnements sont très limités", souligne Muhammad Ismail, un marchand de fruits et légumes à Rawalpindi. "Les tomates, les petits pois, les oignons et autres légumes ne sont pas disponibles en raison des inondations", explique-t-il à l’AFP, ajoutant que les prix avaient également grimpé en flèche.

Sur le même sujet

Le Pakistan, sous les eaux, lance à l’ONU un appel désespéré à sauver la planète

Environnement

Les îles du Pacifique lancent un partenariat pour assurer leur survie

Monde

Articles recommandés pour vous