Icône représentant un article audio.

Chronique Économique

Le pétrole russe et le chef des Insoumis

Chronique Economique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La Chronique Economique, en semaine à 8h30 et 17h30 sur Classic 21

L’Europe avance bien, et dans la bonne direction. Après plusieurs semaines d’hésitation notamment de la part des Allemands, c’est enfin décidé : l’Europe propose un embargo progressif sur le pétrole russe.

Normal, c’est ce même pétrole qui finance en bonne partie la folie destructrice du Kremlin. Pour certains pays européens comme la Slovaquie et la Hongrie, le prix payé sera douloureux, car ces deux pays sont extrêmement dépendants de l’or noir russe, raison pour laquelle, la Commission européenne a prévu des aménagements spéciaux pour la Hongrie et la Slovaquie, histoire de ne pas les étouffer.

En revanche, la Russie devrait sentir le vent du boulet puisque le pétrole représente un tiers de ses revenus à l’exportation. Les plus cyniques ont déjà commencé à dire ou à écrire que cet embargo sur le pétrole ne sera pas efficace, car la Russie compensera ses exportations de pétrole vers l’Europe en exportant davantage de pétrole vers la Chine.

Son allié chinois aurait déjà reçu du pétrole à prix bradés et ses raffineries tourneraient à plein régime, car la Chine profiterait de cette situation pour faire des stocks à bas prix.

C’est ce qu’on pouvait lire ici ou là. Mais, ce raisonnement est faux. Il est faux parce que primo la plupart des infrastructures pétrolières russes sont dirigées vers l’Europe et non pas vers la Chine…

Sur le même sujet

Elon Musk : arrêtez le télétravail, SVP, ou démissionnez !

Chronique Économique

Embargo sur le pétrole : se faire mal pour faire mal à la Russie

Chronique Économique

Articles recommandés pour vous