RTBFPasser au contenu

Journal du classique

Le pianiste Miguel Angel Estrella, grand militant pour la liberté, est décédé

Le pianiste Miguel Angel Estrella, grand militant pour la liberté, est décédé
08 avr. 2022 à 12:382 min
Par Céline Dekock

Le pianiste franco-argentin Miguel Angel Estrella s’est éteint dans la nuit de mercredi à jeudi à l’âge de 81 ans. Grand militant pour la paix et la liberté, il fut fait prisonnier et torturé par la junte militaire en Uruguay de 1977 à 1980, avant d’être libéré et de trouver refuge en France.

C’est une grande figure de la défense des droits de l’homme et de la paix qui s’est éteinte dans la nuit du mercredi 6 au jeudi 7 avril. Le pianiste Miguel Angel Estrella, arrêté et torturé par la dictature militaire en Uruguay à la fin des années 1970, n’a eu de cesse de se battre pour la liberté à travers sa musique.

Né en 1940 en Argentine dans une famille modeste, Miguel Angel Estrella découvre le piano à l’âge de 12 ans et entre à 18 ans au Conservatoire de Buonos Aires. A cette époque déjà, Estrella joue dans les bidonvilles afin de partager la musique au plus grand nombre et surtout, aux plus démunis, des actions qui seront vues d’un très mauvais œil par les régimes militaires sud-américains de l’époque.

Dès 1965, Estrella poursuit son apprentissage en Europe, à Londres et puis surtout en France, où il aura comme professeures Marguerite Long et Nadia Boulanger, qui disait de lui qu’il était un "musicien né". Malgré la dictature mise en place en Argentine, le pianiste décide de rentrer chez lui. En 1976, il est poursuivi par la junte et il est ensuite arrêté en Uruguay en décembre 1977. Durant plus de deux ans, Estrella est détenu dans la prison de Libertad et torturé. En 1995, dans un reportage réalisé par la télévision française, Miguel Angel Estrella expliquera les nombreuses tortures, physiques et mentales, subies en prison. Il évoque notamment des bruits de scie électrique et des menaces d’amputation de ses mains.

Sous la pression d’une grande campagne internationale, soutenu notamment par Nadia Boulanger, Yehudi Menuhin, Henri Dutilleux mais également Yves Montand et Simone Signoret, Miguel Angel Estrella est libéré en 1980. Il trouve refuge en France qui lui octroie l’asile politique en 1981 et la naturalisation française en 1985. 

Daniel SIMON/Gamma-Rapho via Getty Images

Dès 1982, Estrella reprend les concerts et crée la même année la Fédération Internationale Musique Espérance, pour remercier le monde musique de l’avoir "sauvé de l’enfer". En 1983, le chanteur Daniel Balavoine lui dédie sa chanson Frappe avec ta tête, qui évoque les violences et la torture des dictatures militaires en Amérique latine.

Fondateur de l’Orchestre pour la paix, réunissant des musiciens de confession juive, chrétienne et musulmane, Estrella fut lauréat du Prix des Trois Amériques, "ambassadeur de bonne volonté" et puis ambassadeur d’Argentine pour l’Unesco. Il dirigeait également la Maison Argentine à la Cité universitaire de Paris.

Sa famille lui a rendu hommage ce jeudi 7 avril, soulignant que Miguel Angel Estrella "a consacré toute sa vie à la musique, au service de la liberté".

Loading...

Sur le même sujet

13 mai 2022 à 14:49
3 min

Articles recommandés pour vous