Regions Namur

Le P+R de Bouge presque vide: "pourtant le bus nous amène rapidement à Namur", explique un usager

Le P+R de Bouge (O.L.)

© Tous droits réservés

20 sept. 2022 à 15:03Temps de lecture1 min
Par Odile Leherte

Le parking compte 760 places. A 7h10 du matin, il est presqu’entièrement désert. C’est pourtant l’heure à laquelle les travailleurs devraient commencer à arriver pour prendre le bus, direction le centre de Namur.

Le P+R de Bouge (O.L.)
Le P+R de Bouge (O.L.) © Tous droits réservés

A 7h20 arrive une usagère. Elle est fonctionnaire dans le centre-ville et adore déposer sa voiture au parking P+R de Bouge, y prendre le bus 27 P+R et arriver à la gare de Namur une dizaine de minutes plus tard. "Je fais cela tous les jours, pour aller travailler. C’est trop compliqué de se garer dans le centre et en plus, il faut payer. Donc autant venir ici. Ça va vite, c’est très facile d’accès. En plus, on n’est pas stressés dans les embouteillages, on n’a pas ce stress d’attendre, embrayer, débrayer, où on s’énerve pour un rien". Le bus emprunte la nouvelle voie prioritaire, au milieu de la chaussée. Le matin, il l’emprunte en descendant et remonte par la voie normale. Le soir, c’est l’inverse. "Regardez ! on est déjà arrivés", s’enthousiasme notre fonctionnaire.

De retour au P+R, nous rencontrons le deuxième usager du jour. Mathys est étudiant à l’UNamur et très satisfait de la formule. "Ça permet d’éviter les embouteillages, donc moi je trouve ça bien. C’est rapide". Et quand nous nous étonnons de le voir seul à l’arrêt de bus, Mathys est philosophe. "Je crois que les gens ne connaissent pas bien l’endroit. Ils ne savent pas comment ça fonctionne. Mais je ne serais pas surpris que cela s’améliore dans les semaines ou mois à venir. Un peu plus d’information ne ferait pas de tort".

 

Mathys, usager du P+R de Bouge et de la ligne 27 P+R
Mathys, usager du P+R de Bouge et de la ligne 27 P+R © (O.L.)

Le TEC est assez conscient du manque de visibilité du parking. Le dispositif ne serait en fait pas complètement finalisé: c’est ce qui expliquerait le manque de fléchage notamment. Maintenant que le parking est accessible (depuis 2020, ndlr), que la bande prioritaire des bus est réalisée sur la chaussée de Louvain (depuis cet été, ndlr), il ne manquerait plus que quelques aménagements, nous dit le TEC, ainsi que des fléchages plus explicites (notamment à la sortie de l’autoroute). Il faudra également informer largement les usagers potentiels de l’existence du dispositif et c'est seulement après tout cela que la fréquentation du parking pourra, selon le TEC, être évaluée.

Sur le même sujet

Namur : la Ville lance une étude pour redynamiser le quartier Saint-Nicolas

Regions

Articles recommandés pour vous