RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Le PS favorable à l’abattage avec étourdissement en Wallonie mais pas à Bruxelles : "Nous avons pris en compte la réalité bruxelloise"

Marc-Jean Ghyssels, député bruxellois PS, s’est exprimé au sujet de l’abattage avec étourdissement préalable.
08 juin 2022 à 23:49 - mise à jour 09 juin 2022 à 06:14Temps de lecture3 min
Par Maud Wilquin

Ce mercredi 8 juin, la Commission de l’Environnement du Parlement bruxellois rejetait la proposition de l’interdiction de l’abattage rituel sans étourdissement déposée par Défi, Groen et l’Open vld.

Une décision que déplore Jonathan de Patoul, chef de groupe Défi au Parlement bruxellois et vétérinaire, puisque cette solution permettrait de réduire considérablement la souffrance de l’animal une fois son heure venue. Selon lui, les autorités ont "manqué de courage pour le bien-être animal" mais ont encore une chance de se rattraper le 17 juin en plénière.

"Une grande majorité des scientifiques nous disent très clairement qu’étourdir un animal – donc faire en sorte qu’il soit inconscient au moment de l’abattage – permet de réduire sa souffrance", affirme-t-il sur le plateau de "QR le débat". "La souffrance est évitable si l’on propose l’électronarcose, c’est-à-dire un étourdissement réversible avant la saignée. L’animal étourdi n’est pas mort. S’il se réveille, il n’aura pas de séquelle et pourra continuer sa vie normalement. Donc, je ne comprends pas pourquoi on ne peut pas appliquer cette règle."

Jonathan de Patoul favorable à l'étourdissement réversible avant l'abattage d'un animal

QR le débat

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"L’électronarcose fonctionne pour moutons mais pas pour les bovins qui sont trop massifs", réagit Marc-Jean Ghyssels, député bruxellois PS. "Mais au-delà de cela, le débat à termes est ‘continue-t-on ou non à manger de la viande ? De quelle qualité ?’ Un vétérinaire favorable à l’étourdissement est venu nous dire qu’à partir du moment où on amène animal à l’abattoir, cet animal souffre car il sait ce qui va lui arriver. La meilleure formule est donc éventuellement l’abattage à la ferme ou en prairie mais cela double le prix du kilo de viande. Tout le monde doit pouvoir manger une viande de qualité."

Marc-Jean Ghyssels : "L'électronarcose fonctionne pour les moutons mais pas pour les bovins"

QR le débat

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le parti du député fait partie des groupes politiques qui ont refusé l’étourdissement ce 8 juin. Une décision qui pose question quand on sait que le PS wallon était favorable à cette technique il y a quelques mois encore. "Nous avons pris en compte la réalité bruxelloise qui est qu’une grande partie de la consommation de viande est principalement halal ou casher", justifie Marc-Jean Ghyssels. "Si nous votons ce texte et interdisons l’abattage sans étourdissement préalable, les mêmes bêtes qui sont produites en Wallonie seront abattues à Metz et à Roubaix puis repasseront la frontière. Rien ne sera réglé au niveau du bien-être animal. Par contre, nous aurons tué le marché de la viande à Bruxelles et une série de bouchers qui vivent au quotidien", affirme-t-il.

Sans "juger" les décisions du PS wallon, le député bruxellois précise également que la suppression du halal en Wallonie a entraîné une considérable perte du marché dans la région. "Une majorité de vétérinaires disent que l’étourdissement est mieux. Des études de neurologues ont aussi expliqué qu’un égorgement bien pratiqué entraîne 20 à 30 secondes de souffrance chez le mouton."

Marc-Jean Ghyssels n'est pas favorable à l'abattage avec étourdissement préalable à Bruxelles

QR le débat

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’abattage avec étourdissement, un sujet électoraliste ?

Pour Jonathan de Patoul, il ne fait aucun doute que la question de l’abattage avec étourdissement soit un jeu d’électoralisme et même de communautarisme "quand on voit qu’Ecolo s’abstient et que le PS vote contre alors qu’ils ont fait l’inverse en Wallonie quelques mois auparavant."

Jonathan de Patoul estime que la question de l'abattage avec étourdissement préalable amène à de l'électoralisme

QR le débat

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Une affirmation injuste pour Marc-Jean Ghyssels qui lui renvoie la balle : "À la rigueur, on peut considérer que le texte déposé par Défi, Groen et Open vld est purement électoraliste puisque c’est un sujet qui n’était pas repris dans l’accord du gouvernement. On sort un texte en dehors du code du bien-être animal dont le ministre qui fait partie du parti de Monsieur de Patoul a la charge", riposte-t-il.

Pour lui, l’étourdissement va bien plus loin que la question du bien-être animal. "Ce qui dérange, c’est la stigmatisation éventuellement de deux communautés. Je préfère qu’on, aille acheter des bovins ou moutons en Wallonie parce qu’on sait que c’est de la viande de qualité plutôt que de l’acheter du brésil où on n’a pas de contrôle et où on abat 5000 animaux par jour. Ce ne sont certainement pas les mêmes conditions que celles qui existent à l’abattoir de Bruxelles, et ça, on n’en tient pas du tout compte."

Marc-Jean Ghyssel : "Le PS n'est pas électoraliste sur la question de l'abattage avec étourdissement préalable"

QR le débat

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Selon l’interprétation que l’on a du débat, il s’agit bel et bien d’électoralisme, conclut le président du MR bruxellois, David Leisterh : "J’entends beaucoup que nous avons voulu respecter la sensibilité des habitants à Bruxelles. Pour moi, nous nous trompons de débat et rentrons dans une logique électoraliste puisque ce qui nous importe, c’est bien-être animal. C’est ce qui doit dépasser toutes les sensibilités religieuses, humaines ou économiques. La Belgique a l’occasion d’être pionnière. Le combat pour le bien-être animal ne fait que commencer. C’est une belle occasion qu’on ne doit pas manquer."

David Leisterh : "La Belgique doit saisir l'occasion d'être pionnière en matière de bien-être animal"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Bruxelles : l'abattage rituel sans étourdissement reste la règle

Belgique

Articles recommandés pour vous