Football

Le Real Madrid avait bien assimilé l’abolition du but à l’extérieur... jusqu'à l'éclair de Mbappé

© AFP or licensors

Sa moue au coup sifflet final en disait long sur son dépit. A quelques secondes près, Carlo Ancelotti obtenait le point qu'il était venu chercher au Paris Saint-Germain. Sa mise en place attentiste dès le début de match avait un but : ramener un point du Parc des Princes pour faire la différence à Santiago Bernabéu d'ici un petit mois. Il faudra désormais être inventif.

Pour les observateurs du foot, il y avait deux manières d’appréhender la disparition de la règle du but à l’extérieur pour la phase à élimination directe de la Ligue des champions. D’aucuns prédisaient qu’elle allait permettre des rencontres plus ouvertes dès la manche aller, vu l’absence de calcul d’apothicaire en cas de but marqué away. Force est de constater que le Real Madrid a disputé sa rencontre au Parc des Princes dans une autre logique. Pour ce rendez-vous couperet dans sa saison, Carlo Ancelotti a pris le parti du calcul. En positionnant un bloc défensif très bas dès les premières minutes, l’Italien a annoncé la couleur : il n’y aurait pas de football total dans ce premier huitième pourtant si attendu. Et le plan de Carleto s’est avéré être une réussite dans un premier temps : après 45 minutes, son équipe est apparue à la fois incapable de créer le moins danger devant Gigio Donnarumma… mais a finalement concédé très peu d’occasions. Le fourmillant Kylian Mbappé a ainsi attendu la 50e minute avant d’inquiéter Thibaut Courtois pour la première fois, avant de provoquer un penalty une dizaine de minutes plus tard pour le premier véritable couac de la muraille madrilène. Si le plan d’Ancelotti ne tenait à ce moment-là qu’à un fil, il a pu s’en remettre à San Thibo, rapidement à terre pour contrer l’essai d’un Leo Messi fort peu inspiré. Avec un seul petit tir cadré (une balle d'échauffement pour Donnarumma en première mi-temps), et une présence dans le dernier tiers adverse maigrichonne, les Madrilènes ne pouvaient quoiqu'il arrive pas revendiquer mieux que ce match nul. Dorénavant, savait Ancelotti, un 0-0 décroché à l’extérieur n’est plus synonyme de mauvais résultat. Au contraire, il permet même d'aborder le match retour avec un petit ascendant sur l'adversaire : en cas de prolongation, l'équipe qui reçoit lors du retour bénéficie de trente minutes supplémentaires à domicile pour faire la différence. Le plan était donc parfait. Puis il y eut Kylian Mbappé...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous