Regions

Le regard des Noirauds sur la polémique du sauvage de la Ducasse d’Ath

Les Noirauds ont évolué pour désormais arborer le noir, le jaune et le rouge sur leur visage.

© Belga

L’Unesco a décidé vendredi de retirer sa reconnaissance de la Ducasse d’Ath qui ne fait désormais plus partie du patrimoine culturel immatériel en raison du personnage du Sauvage, jugé raciste. Une décision et une polémique suivies également à Bruxelles, notamment par les Noirauds. Cette confrérie, née en 1876, dont la mission est de récolter de l’argent pour l’enfance en difficulté en faisant la tournée des restaurants, a également été taxée de racisme et colonialisme en raison de l’apparence de ses membres avec leur maquillage noir sur le visage. En 2015, l’association avait suscité les foudres de l’ONG Human Rights Watch et de l’actrice américaine Mia Farrow.

Mais en 2019, bien avant l’éclosion mondiale du mouvement Black Lives Matter, place au changement. Les Noirauds n’apparaissent plus en noir seulement mais en noir, jaune et rouge, les couleurs du drapeau belge.

Récolter de l’argent, cela voulait dire aussi ne pas froisser les gens

"On a essayé de voir ce qui était le plus agréable et ce qui n’allait pas froisser", raconte Albert Vermeiren, 83 ans, fils de Noiraud, président honoraire et doyen. "Il y avait de la critique. Nous sommes quand même une association caritative, parrainée par Paola de Belgique. Récolter de l’argent, cela voulait dire aussi ne pas heurter les gens. A cette époque, les sportifs belges, en football, en athlétisme et en hockey, réalisaient de belles performances. Et on s’est dit pourquoi ne pas surfer là-dessus et se grimer avec les couleurs nationales, avec le nez en jaune et le rouge et le noir des deux côtés ? C’était assez agréable et actuel. Cela permettait aussi de conserver l'anonymat des bénévoles comme le veut la tradition…"

Albert Vermeiren, président honoraire des Noirauds.
Albert Vermeiren, président honoraire des Noirauds. © RTBF

M. Vermeiren, quelle est votre opinion concernant le sauvage d’Ath avec son anneau dans le nez et ses chaînes ?

Moi, personnellement, je le trouve assez agressif. Il existe depuis longtemps, c'est vrai. On n'y faisait plus attention, on trouvait cela normal. Ceci étant, il faut revoir la manière de ne pas heurter vu que la population change aussi. Elle est beaucoup plus cosmopolite. Personnellement, je ne suis pas pour supprimer les monuments et les statues. Auquel cas, on peut remonter jusque très loin dans l’histoire et même démolir les pyramides d’Egypte construites par des esclaves. On peut essayer de comprendre l’histoire, être en désaccord… L’histoire, c’est l’histoire. Mais il faut malgré tout évoluer. Les Africains étaient peu nombreux en Belgique, ils le sont davantage. Leur sensibilité doit être comprise. Le respect doit être mutuel.

L’Unesco a retiré sa reconnaissance à la Ducasse d’Ath. Une commission citoyenne a été mise en place par la ville d’Ath et doit trancher quant à l’avenir du sauvage dans quelques semaines. Qu’en pensez-vous ?

Il faut évoluer. Cela ne sert à rien de heurter les gens par des anneaux dans le nez… A notre époque, cela ne fait pas très sérieux. Qu’il y ait des réflexions et des critiques à ce sujet, cela me paraît logique.

Evoluer, c’est changer. Lorsque les Noirauds ont modifié leur maquillage, le changement a-t-il suscité l’adhésion de tous vos membres ?

Moi qui suis le plus ancien, membre depuis 1954, il y en avait d’autres qui ne comprenaient pas pourquoi on devait absolument changer, que les traditions sont les traditions. A l’époque, nous baignions dans une certaine insouciance, dans beaucoup de domaines d’ailleurs. Nous ne réfléchissions pas à cela. Le but des Noirauds, c’est de récolter de l’argent pour des œuvres au profit de la petite enfance, ce n’est pas de faire de la provocation. En même temps, cela ne sert à rien d’attirer l’animosité des personnes qui nous accueillent, qui veulent bien faire un don. Si on veut continuer à collecter des fonds auprès des clients des restaurants, il ne faut pas heurter les gens. Qui plus est dans une ville comme Bruxelles, de plus en plus cosmopolite. Un peu comme au sein de l’équipe des Diables rouges. Et puis, nous n’avons pas le temps, lors d’une collecte, d’expliquer aux personnes les raisons pour lesquelles nous sommes grimés en noir, que ce n’est pas dirigé contre les personnes de couleur… Le but du grimage est de permettre aux Noirauds, qui sont des bourgeois bénévoles, de passer incognito.

Ceci étant, vous vous faites appeler Noirauds et votre appellation de départ est le Conservatoire africain… Votre création coïncide avec les premières expéditions au Congo. Votre déguisement, avec la collerette, le haut-de-forme et le pantalon bouffant, est censé renvoyer vers l’accoutrement supposé des rois africains…

Même avec mon âge avancé et mon titre de doyen, il m’est difficile de savoir pourquoi les ancêtres de la confrérie se sont peints en noir et se sont appelés 'Noirauds'. A mon sens, il s’agit d’une association avec l’Afrique, le Congo n’ayant été colonisé qu’après. Le costume est une invention de ma famille. Quant au noir, le but n’était pas de se grimer pour ressembler à un noir mais pour les bénévoles de ne pas être reconnu lors de la collecte. Il y a bien longtemps, des essais ont été réalisés avec d’autres couleurs. Cela ne fonctionnait pas. Oui, en effet, nous nous appelions Conservatoire africain puis les Noirauds, pour que cela soit plus simple. Nous étions dans une certaine insouciance, je le répète. Personne ne réfléchissait à cela. Le but était de récolter de l’argent, pas de faire de la provocation. Ce qui, à mon sens, est le cas à la Ducasse d’Ath ou du carnaval d’Alost. Dernière chose à rappeler : il faut savoir que les Noirauds, à une époque, étaient comme de véritables vedettes. Nous étions reçus à la Monnaie, au Cirque royal, devant des milliers de personnes… En rue, nous étions accompagnés par des grandes fanfares… Les Noirauds étaient connus partout.

Les Noirauds : un folklore raciste ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La polémique qui a frappé les Noirauds en 2015, on la doit à un journaliste de France Télévisions qui s’était étonné de la présence de l’ancien ministre Didier Reynders parmi les Noirauds. D’anciens bourgmestres, comme Freddy Thielemans et Yvan Mayeur ont également fait partie des Noirauds. Personne n’avait anticipé les éventuelles critiques ?

Lorsqu’à l’époque, j’avais demandé au ministre Reynders de participer à notre collecte, il l’a fait de bon cœur. Cette même année, la présence d’Yvan Mayeur qui a été une des personnes bruxelloises les plus critiquées lors de son mandat n’a étonnamment pas provoqué de remous à l’inverse de la présence d’un ministre fédéral, via un média français qui avait une audience assez importante.

La dernière collecte des Noirauds date de mars 2019, avant le Covid. Les Noirauds seront-ils de retour l’année prochaine ?

Oui, le premier week-end de mars, comme chaque année, lors de notre traditionnelle sortie. Alors, nous n’avons pas été totalement en retrait puisque nous avons participé à des manifestations folkloriques comme le Meyboom par exemple. La collecte de fonds passe aussi par l’organisation d’événements comme des tournois de golf. Mais cela représente peu par rapport à la collecte annuelle qui nous permet d’engranger plus de 60.000 euros. C’est une somme respectable pour le dévouement. Trouver 200 personnes pour se grimer et solliciter la générosité des gens, ce n’est pas toujours évident. Se maquiller ça va. Se démaquiller est plus compliqué.

La Ducasse d¿Ath perd son label de l¿Unesco à cause du personnage du Sauvage

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous