Regions Liège

Le retour à la vie normale (ou presque) pour la Résidence Ferdinand Nicolay de Stavelot

Le moral est en hausse dans cette maison de repos. Depuis la vaccination, la vie normale est quasiment de retour

© RTBF - Olivier Thunus

La vie a changé dans les maisons de repos depuis la vaccination des résidents et du personnel. C’est presque le retour à la vie normale dans beaucoup d’entre elles, en tout cas pour les activités intérieures.

A la Résidence Ferdinand Nicolay de Stavelot, aucun cas de covid n’avait été observé durant la première vague. La deuxième ne l’avait cependant pas épargné avec de nombreuses contaminations et quinze décès. La résidence constituait alors ce que l’on appelle un cluster. Ensuite, il y a eu la vaccination et aujourd’hui, c’est un sentiment de liberté retrouvée qui règne dans l’institution.

Un retour des résidents au restaurant, des animations communes qui ont repris et sont même plus nombreuses qu’avant, des visites possibles, pour les résidents et le personnel c’est le grand écart entre la situation actuelle et celle d’il y a un an : " Depuis la vaccination, les gens peuvent de nouveau recevoir leur famille en chambre et sortir librement à l’extérieur. Maintenant, il reste évidemment les règles qui sont là pour l’ensemble de la population, mais il y a vraiment un sentiment de grande liberté retrouvée et ça fait vraiment du bien. Il y a vraiment une ambiance qui s’est recréée, une ambiance beaucoup plus paisible. Il faut aussi admettre que depuis qu’il y a le vaccin, on sait qu’on ne connaîtra plus de cluster donc ça a complètement changé la donne ", explique le directeur Alain Collard.

Neda Dheur et Liliane Briska sont deux rescapées du Covid et elles le reconnaissent, depuis la vaccination à 98 pc dans l’établissement, tout a changé : " Nous pouvons recommencer à vivre plus ou moins normalement. Ça m’a permis de revoir ma sœur et mon beau-frère normalement, dans la chambre, et je peux aussi aller chez des personnes qui ont été vaccinées pour parler avec elles ", détaille Neda Dheur. " On est arrivé à en sortir et maintenant tout va bien. On a pu reprendre tout doucement nos habitudes et le moral a été bien meilleur ", se réjouit Liliane Briska.

Les deux dames le disent aussi : leur résidence est maintenant devenue une grande bulle… de liberté.

Articles recommandés pour vous