Le retour des chalands dans le piétonnier de Mons: pour le grand air et les nouvelles enseignes

Le retour des chalands dans le piétonnier de Mons. Pour le grand air et les nouvelles enseignes
13 juil. 2020 à 15:53 - mise à jour 13 juil. 2020 à 15:53Temps de lecture3 min
Par Isabelle Palmitessa

Cela n’aura pas échappé à ceux qui fréquentent habituellement le centre-ville montois… Depuis le déconfinement, on croise plus de monde qu’avant le covid. Une impression confirmée par les chiffres relevés par l’asbl gestion centre-ville. Par rapport à la même période l’an dernier le niveau de fréquentation a augmenté explique son responsable, Hilele Henini. "Nous avons des caméras qui comptent les passages dans le piétonnier, l’an dernier, à la même saison, on était à une moyenne de 50 à 60.000 personnes par semaine, cette année on est passé à des moyennes qui varient entre 70 et 90.000".

Trois explications à ce retour des chalands : la première qui vient à l’esprit, c’est l’ouverture du magasin Primark. On a vu les files qui serpentent chaque jour devant l’entrée de l’enseigne à bas prix. Effet de curiosité ou clientèle qui reviendra ? Trop tôt pour le dire. Il n’en reste pas moins que les passants interrogés le confirment. "Il y avait plus d’un an que je n’étais plus venue en ville, mais j’avais envie de voir à quoi ressemblait Primark et finalement, je trouve que c’est chouette de faire ses courses au grand air", raconte une dame.

Le grand air, c’est le deuxième atout du centre-ville en ces temps de pandémie : "on n’a pas envie d’aller s’enfermer dans un centre commercial, ici, on peut retirer un peu son masque en dehors des magasins" explique une jeune cliente.

Mais le covid a donné un autre atout au centre-ville, il a encouragé le tourisme local. Nous croisons des Français du Nord, des Flamands venus découvrir Mons et ses rues commerçantes. Et puis il y a toutes ces familles de la région qui passent l’été à la maison. On les croise à vélo ou à pied : "ça fait du bien de changer d’air" raconte une mère de famille qui avait perdu depuis longtemps l’habitude de fréquenter le centre-ville.

Retombées sur le chiffre d’affaires des commerces

Les passants passent mais entrent-ils dans les magasins et consomment-ils ailleurs que chez le géant du textile bon marché ? Il semble bien que oui d’après l’étude de l’asbl gestion Centre-Ville. "Nous voulions savoir si les gens se contentent de venir chez Primark", explique Hilele Henini, "nous avons donc demandé aux commerçants s’ils avaient noté une différence. Au pire, certains ont constaté un statu quo mais la grande majorité a vu augmenter la fréquentation et le chiffre d’affaires". Dans quelle proportion, La question restera sans réponse, "les commerçants n’aiment pas donner ce genre de détails".

Interrogé sur cet aspect, un jeune commerçant indépendant, tatoueur et revendeur de marques branchées nous explique que les magasins peuvent être complémentaires : "un même client peut s’acheter une ou deux basiques bon marché dans une grande chaîne et s’offrir ensuite une belle pièce dans un commerce indépendant". Même constat dans une boutique de grandes marques, le patron confirme qu’il a vu sa clientèle augmenter, "mais ce n’est pas pour autant l’Eldorado, nuance-t-il, on verra comment ça va évoluer dans les mois à venir".

Des commerçants optimistes mais prudents. Ils ont été marqués par les nombreuses fermetures de ses dernières années et sont soulagés d’apprendre par exemple que le magasin C & A reste après avoir menacé de fermer suite à un désaccord avec le propriétaire du bâtiment. Le prochain déménagement de la librairie Scientia dans l’ancien magasin Delcambe donne aussi beaucoup d’espoir. "Les animations, les commerces originaux, l’embellissement de la ville, ç’est ça aussi qui peut attirer le public". "C’est bien parti mais il y a encore beaucoup de choses à faire" déclarent deux commerçants".

Du côté de l’asbl Gestion Centre-ville, Helile Henini compte attirer encore plus de visiteurs grâce aux activités programmées pour ceux qui ne partent pas en vacances cet été : "Destination Mons", un programme de musiques et de spectacles itinérants et le "Jardin d’été" pour les enfants au Marché aux Herbes.

Articles recommandés pour vous