Chroniques Culture

Le saviez-vous : Josephine Baker avait fondé une tribu dite "arc-en-ciel"

© Capture d’écran Youtube

Danseuse, actrice et chanteuse de renom, Josephine Baker a également retenu l’attention pour son action contre l’occupant, en France, pendant la Seconde Guerre Mondiale. Ce qu’on sait moins, c’est qu’elle avait adopté 12 enfants de par le monde pour en faire "une tribu" arc-en-ciel".

Ces adoptions sont directement liées au militantisme de Baker qui s’inscrit dans une enfance marquée par les ségrégations raciales dans son Missouri natal. Son talent inouï pour la danse la propulse heureusement vers d’autres contrées du monde, jusqu’à Paris, "son amour de toujours".

La (seule) race humaine

Lorsqu’elle s’unit pour la vie au célèbre chef d’orchestre, Jo Bouillon, en 1947, Josephine Baker sait qu’elle ne pourra un jour donner la vie. Le couple ne renonce par pour autant au projet familial et recueille, entre 1952 et 1964, 12 enfants de par le monde.

Le but ? Montrer au monde entier que des enfants de nationalités et de religions différentes peuvent vivre ensemble dans la paix.

"J’ai eu cette idée parce que j’ai vu tellement d’incompréhension entre les êtres humains, les soi-disant adultes. Et j’étais sûre qu’avec des tous petits enfants innocents, ils pourraient donner un exemple absolu de la fraternité mondiale." (Source : Emission "Cinq colonnes à la Une" en décembre 1960).

À cette époque, la pratique des "adoptions entre pays" n’était pas régulée au niveau international. Heureusement, Baker pu compter sur sa notoriété pour s’entourer d’intermédiaires qui ont facilité le processus.

Un "Village du Monde"

Akio Bouillon, l’aîné de la tribu, d’origine coréenne et adopté en 1954, raconte passé 70 ans :

"Maman a réussi à fédérer ces 12 petites entités qui n’étaient pas destinées à vivre ensemble en une famille soudée, malgré nos différences".

Akio (coréen), Janot (japonais), Jari (finlandais), Luis (colombien), Marianne et Brahim (Afrique du Nord), Moïse (français, confession juive), Jean-Claude et Noël (français), Koffi (Côte d’Ivoire), (Mara (vénézuélien) et Stellina (marocaine) étaient élevé.e.s en Dordogne, au Château de Milandes.

"Village du Monde", "Capitale de la Fraternité", c’est ainsi que le domaine des Milandes devient alors un véritable centre touristique à la gloire de la fraternité de l’humanité avec, à la fin des années 50, 300.000 visiteurs annuels.

Retrouvez l’interview de l’INA de Josephine Baker et sa tribu Arc-en-Ciel.

Sur le même sujet

Le saviez-vous : des émeutes antivaccins avaient déjà eu lieu en 1885

Chroniques Culture

Joséphine Baker fait son entrée au Panthéon, "impressionnante de courage et de modernité"

Articles recommandés pour vous