Chroniques Culture

Le saviez-vous : Marilyn Monroe était surveillée de près par le FBI

Marilyn Monroe en voyage en Corée au début des années 50.

© BRITISH PATHE PLC (BELGAIMAGE)

27 mars 2021 à 07:00Temps de lecture2 min
Par Romane Carmon

Dans les années 50, Marilyn Monroe était, à l’instar d’Arthur Miller, son compagnon, soupçonnée d’entretenir des liens étroits avec la Russie communiste.

Cette "Peur rouge" qui entraîne les Etats-Unis dans une féroce chasse aux sorcières vient alors bouleverser les libertés de la star hollywoodienne, et celle de nombreuses autres personnalités américaines.

À l’occasion des 50 ans de la mort de Marilyn Monroe, en 2012, l’Associated Press a mené une campagne pour la réouverture des dossiers du FBI – encore non divulgués – à son sujet…

Une chasse aux sorcières

Joseph McCarthy (1908-1957) en 1950.

Le 9 février 1950, le sénateur américain, Joseph McCarthy, prend la parole à l’occasion d’une conférence en Virginie occidentale. Il brandit une liste de fonctionnaires du département d’Etat qu’il accuse d'être "des communistes notoires". Persuadé que des espions communistes sont infiltrés dans l’Administration, il exhorte le peuple américain de dénoncer ces "traîtres qui mettent en péril la nation".

Ce discours non-fondé sera à l’origine de peurs irrationnelles qui aboutiront – et c’était le but – à de multiples délations publiques.

Deux ans plus tard, McCarthy prend la direction d’un sous-comité sénatorial d’enquête permanente. Un maigre soupçon de sympathie avec Staline et l’Union Soviétique suffit dès lors à justifier la révocation d’un fonctionnaire de l’Etat.

Stars et intellectuels mis au ban de la société

Rassemblant des milliers de fidèles, stars et intellectuels tombent également dans le collimateur du FBI alors placé sous la direction de John Edgar Hoover. Le tristement célèbre "maccarthysme" les contraint à dénoncer leurs amis, sous peine de prison.

Dans cet article de Libération, Arthur Miller explique la position inconfortable de ces artistes et intellectuels mis en accusation pour avoir soutenu la Révolution russe 20 à 30 ans plus tôt. Entre-temps, dans les années 50, la plupart de ces gens s’étaient distanciés de l’Union Soviétique. Malgré tout, ils refusaient de dénoncer les communistes, tout en ne soutenant pas spécialement leur politique.

Un quotidien passé au crible

Comme d’autres grands artistes tels que Charlie Chaplin ou encore Frank Sinatra, Marilyn Monroe et Arthur Miller voient leur vie politique et sociale passée au crible. Miller est privé de visa et contraint de demeurer aux Etats-Unis pendant toute la décennie, tandis que les fréquentations, déplacements de Marilyn sont surveillées de près par le FBI.

Pour ces artistes, retrouver son nom sur cette liste noire leur refuse l’accès aux ondes et aux écrans sur tout le sol américain.

Cette période a d’ailleurs inspiré la plume d’Arthur Miller qui écrit, en 1953, la pièce "Les sorcières de Salem". En s’inspirant du procès de sorcellerie en 1692 à Salem, dans le Massachusetts, Arthur Miller fait le parallèle avec la politique arbitraire et non-fondée propre au maccarthysme.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous